Pages

Nombre total de pages vues

dimanche 31 juillet 2016

Alors que ma pétulance et mon insolence trouvèrent , en mon enfance , un terrain  favorable à leur éclosion, elles se raréfièrent quand j'abordais le rivage de l'adolescence . Il est vrai que les lectures que l'on m'obligeait à faire au collège n'étaient guère propices à des esbaudissements  . L'austérité d'Eugénie Grandet me rebutait . Ne parlons pas du Père Goriot ! J'avais un professeur de littérature qui ne jurait que par Balzac . Elle nous fit faire un bref détour par Stendhal , mais la passion pour cet auteur ne l'animait guère . Savait-elle seulement ce qu'était la passion ! Les passages du Rouge et du Noir qu'elle se résigna à nous lire résonnait du mépris qu'elle portait aux égarements de Madame de Rénal, tandis qu'elle enflait sa voix en déclamant avec emphase le défi qu'Eugène de Rastignac lançait à Paris : " A nous deux , maintenant !".

Rétrospectivement , le souvenir qu'elle me laissa fut celui du personnage balzacien le moins reluisant. Elle possédait tous les attributs  de l'illustre tenancière de la pension Vauquer! Son âge avancé , sa corpulence avérée qui excusait sa lenteur à gravir les escaliers du lycée , ses  lunettes à double foyer qu'elle retirait de temps en temps pour les essuyer avec un mouchoir d'une propreté douteuse , le pardessus marron dont les exhalaisons ne laissaient aucun doute sur sa prédilection pour les félins incontinents , tout dans son comportement et son accoutrement la désignait comme l'incarnation du personnage de fiction le plus repoussant de l'œuvre balzacienne.

Elle prenait en outre un malin plaisir à tester ma susceptibilité . Il faut dire que j'aimais briller autant que je le pouvais et que mon doigt était levé dès qu'une question était posée . Un jour , lui ayant tenu tête lors d'un cours de traduction d'un passage de l'Enéide , elle rentra dans une colère épique et décréta que puisque j'étais une "optima alumna" , il me fallait occuper seule le rang de droite de la classe , comme au temps de Charlemagne . Aussi enjoignit- elle à mes congénères décontenancés de quitter leur place afin de m'en laisser la jouissance exclusive .

Cela n'entama guère mon impétuosité . Ce qui , néanmoins , fut subi par moi comme une vexation, et qui eut un écho dans ma vie beaucoup lus tard, fut la remarque qu'elle me fit un jour qu'elle nous soumit le questionnaire de Proust . Alors qu'elle parcourait mes réponses , elle se figea soudain et me scruta d'un regard moqueur quand elle arriva à celle qui correspondait à la qualité que je préférais chez un homme . J'avais osé écrire  "l'intelligence", ce qui lui fit dire d'un ton railleur empli de dédain: "Mais Mademoiselle , que faites-vous des qualités de cœur ?"

dimanche 24 juillet 2016

Un pour tous , tous pour un ! La devise des mousquetaires est devenue la nôtre en notre chère république . Plus que jamais , les foules se massent, de jour où de nuit, sur des places au nom symbolique, ou défilent sur des avenues à l'emplacement  stratégique. Que se soit pour soutenir une cause , protester contre des mesures politiques jugées iniques , ou témoigner leur soutien à des familles frappées par le destin , les Français sortent de leurs chaumières et donnent une illustration éclatante de ce que le mot " fraternité" veut dire . Quand ce ne sont pas des banderoles qui pavoisent les rues où retentit le clairon des trompettes , ce sont des fleurs et des bougies qui sont déposées dans le recueillement dans des lieux où viennent de périr des martyrs. Dans notre pays en éruption , on passe sans transition des débordements sonores de l'insurrection à la manifestation silencieuse de la compassion .

Faut-il être si mal gouverné ou si tragiquement spolié de notre droit de vivre pour qu'éclose en nous ce sentiment de solidarité ? Il n'en est rien . Ce qui fait le ciment d'un peuple libre, c'est sa capacité à se fédérer et exprimer son indignation face à des décisions prises par des hiérarques énarques qui ne prennent pas en considération leurs revendications . C'est aussi sa capacité à laisser libre cours à sa sensibilité quand des événements traumatiques le mettent face à face à ce que l'on nomme l'inhumanité. En somme, c'est quand notre avenir est assombri par la perte de nos acquis , que notre présent se voit anéanti  par la disparition brutale  de nos enfants chéris , et que ces actes sont le fait de groupes soit-disant dotés de raison ou de groupuscules qui en sont manifestement dépourvus, c'est à ce moment que se remet à germer avec vigueur ce que l'on croyait  étouffé par les herbes folles de l'individualisme et de l'égoïsme collectifs : cet instinct grégaire si décrié mais qui signe néanmoins notre appartenance à l'HUMANITÉ.

mardi 12 juillet 2016

Si l'hiver est l'occasion rêvée pour s'initier aux disciplines sportives les plus insolites , le printemps et l'été sont les saisons où l'on aime plus renouer avec des sports d'ado ou d'enfant : on aime  rejouer à la baballe, qu'elle soit petite ou grande . Ainsi après le solstice d'hiver , ceux qui veulent éviter de terminer la journée en faisant du macramé devant la télé se lancent dans les sports extrêmes en salle, du style crossfit ou TRX, histoire d'injecter une dose d'exotisme dans le paysage grisâtre de leur quotidien. Mais sitôt l'équinoxe de printemps et le retour des températures plus clémentes , l'énergie emmagasinée pendant les longs mois d'hibernation a besoin de se libérer , et leur goût de la compétition s'en trouve exacerbé . Les voilà repartis en quête d'hypothétiques conquêtes , à affronter d'autres accros de la balle sur tout  terrain . C'est aussi à cette période que se jouent les événements sportifs les plus courus de la planète terre qui élèvent balle et ballon au rang d'objets de dévotion.

En Mai , c'est la petite balle jaune qui est le centre de toutes les attentions . On fixe ses rebonds capricieux sur la terre ocre Roland Garrossienne . Pas difficile de saisir qui va marquer le point .Le but du jeu, c'est de faire en sorte que l'adversaire ne la rattrape pas , cette balle. Alors toutes les ruses sont employées pour faire courir le concurrent  d'un bout à l'autre du terrain. Et nos yeux de spectateur sont mis à rude épreuve à force de se promener de droite et de gauche . Pire qu'un séance chez l'orthoptiste.

En juin et juillet , on change de cadre . On préfère la fraîcheur des pelouses à la terre battue , et c'est le ballon rond qui devient l'objet de toutes les spéculations . Etrangement , il ne se trouve aucun Vert pour s'indigner du fait que le gazon soit martyrisé par des crampons .  C'est que tout vert qu'ils soient , les écolos ont un faible pour les bleus .De  la coupe du monde à l'Euro , c'est notre  fibre patriotique qui vibre . On prête allégeance  au coq tricolore , on apprend les paroles de la Marseillaise pour l'entonner en cœur avec les joueurs de l'équipe de l'Hexagone.On ne s'est jamais autant senti Français .
On publie des messages d'admiration sur le compte Twitter de nos favoris . Entre les bruns et les blonds, les supportrices ne savent plus où donner de la tête . Elles sont jalouses de leur WAGS. D'ailleurs elles se trouvent  plus SWAG qu'elles ... Ils ont beau être des As du ballon rond et avoir une personnalité très marquée sur le terrain , les joueurs de l'équipe de France ne font preuve d'aucune originalité quand ils choisissent leurs compagnes : ils les recrutent invariablement dans des agences de mannequins ...

Et quand arrive le Grand jour , le combat des Titans qu'on attend avec tant d'impatience , les footeux les plus  croyants prennent soin de prier le Tout-Puissant pour qu'il leur apporte son soutien  . Ceux adeptes de la magie blanche se peinturlurent la face du drapeau tricolore , endossent le maillot bleu brodé au dos du chiffre magique, font  des incantations en espérant qu'elles leur permettront de se livrer ad libitum à des libations jusqu'au petit matin . Ils emplissent  le stade ou les fanzones de leurs cris d'excitation et cèdent à l'exaltation quand le ballon s'emballe et cavale à vive allure vers la lucarne . Ils tempêtent de rage quand l'arbitre brandit le carton jaune  , retiennent leur souffle quand il prononce les mots " corner " ou " penalty", se tordent de douleur quand un but est marqué par l'équipe adverse .

Gloire aux vaincus ! Malheur aux vainqueurs quand ils sont ennemis ! Ils se disent que les bleus ont perdu la bataille , mais qu' ils n'ont pas perdu la guerre ! Ils feront mieux la prochaine fois . La victoire n'en sera que meilleure .Pour l'heure, ils troquent  le maillot bleu pour un jaune et se mettent à suivre les exploits des spécialistes de la petite reine. De paysage en paysage , de ville en village , Ils comprendront en regardant le tour de France que que ce n'est pas si mal d'être français , et se remettront de leurs émotions en regardant jouer les vieux à la pétanque ...

samedi 2 juillet 2016

"The lunatic, the lover, and the poet, are of imagination all compact." Oui , le grand Shakespeare  a bien cerné le propos quatre siècles plus tôt . Le point commun entre le le fou , le poète et l'amoureux , c'est bien l'imagination . Dans les trois cas , on fuit la forteresse sinistre de la réalité pour se retrancher dans un palais fait de gloire et d'illusions . Mais alors qu'on peut être fou et poète sans être touché par la flèche de Cupidon , l'amoureux transi , quant à lui , peut  à lui seul , parvenir à subsumer folie et poésie . Ne dit-on pas que l'on est fou d'amour ? N'écrit-on pas des déclarations insensées à celui ou celle que l'on "choisit "d'aimer ?

 Le paradoxe , c'est que moins on est aimé en retour , plus l'on enfourche Pégase et l'on développe sa créativité . Les sonnets de Petrarque en sont une éloquente illustration . La bien-aimée , figure féminine idéalisée , fait couler les larmes et aussi beaucoup d'encre de son soupirant auquel elle témoigne un  dédain souverain . Plus elle le repousse , plus il s'évertue à la séduire par ses quatrains . C'est sans doute là que réside la folie . Car n'est ce pas déraisonner que de persister à vouloir allumer la flamme en ne disposant que du verbe comme combustible ?

Mieux vaut être fou et nier la réalité que d'être amoureux et l'embellir , et ainsi se bercer d'illusions. Car si , par bonheur, l'amour offert  est partagé  , il finit par  se consumer et être réduit en cendres , tant l'imagination ardente qui l'a façonné en le parant de mille qualités nous a trompés. Quant à l'amour malheureux, c'est pourtant celui qui nous procure le plaisir esthétique le plus fastueux , enjambant les siècles de sa mélancolie majestueuse . Car , en  enfantant dans la douleur des œuvres à la gloire de l'Absent(e), ce sont les monuments  poétiques les plus émotionnellement vertigineux qu'il nous donne à contempler , comme un avant-goût d'éternité .