Pages

Nombre total de pages vues

jeudi 11 juin 2015

Tu ne me mérites pas ! Cette phrase claque comme un étendard au vent quand l'heure de la  séparation a sonné  , quand le canon tonne dans un ciel lézardé par les malentendus , les disputes , les trahisons peut-être . On la décoche comme une flèche empoisonnée , cette phrase . On lui prête des vertus létales . On espère qu'elle s'insinuera lentement mais sûrement dans la conscience de celui ou celle qui nous fait mordre la poussière , et  aussi redescendre brutalement sur terre .

On a bien essayé d'atteindre l'autre, qui se dérobe, par des tirs ciblés . Les reproches, c'est bien connu,  font partie de l'arsenal de tout belligérant qui refuse de céder une seule parcelle du terrain qu'il a occupé pendant un temps donné. Mais ce ne sont que des coups d'épée dans l'eau , des boomrangs qui nous blessent plus qu'ils ne blessent celui ou celle visé(é).  Car  les reproches engendrent inévitablement  les reproches. C'est le bouclier qu'utilisent les lâches quand ils se sentent cernés et qu'ils savent qu'ils n'ont plus rien à perdre . Remontent à la surface tous les non-dits , les colères enfouies , les frustrations subies tout au long de cette croisière à deux où l'on croyait éviter les pièges en haute mer et surtout gagner le paradis .

Le mal de mer nous saisit devant cette marée de vomissures que l'on nous jette à la figure . L'écœurement nous envahit .  L'effarement aussi . Fallait -il que nous connaissions si mal cet autre qui effaçait l'ardoise de nos angoisses et nous offrait chaque jour les gerbes du plus doux espoir ? C'est pourtant avec lui ,  avec elle que nous avons bâti le plus bel édifice de souvenirs , avec lui, avec elle que nous regardions l'avenir sans jamais plus  frémir , avec lui , avec elle, peut- être, que nous avons donné vie à un enfant chéri . C'est désormais sans lui, sans elle que nous devons parcourir les décennies à venir , c'est surtout contre lui, contre elle que nous devons nous dresser pour préserver notre propre estime et ne pas laisser sombrer notre instinct de survie .

Tu ne me mérites pas ! Derrière cette ultime parade verbale, se cache l'aveu de notre désespoir , de notre impuissance à contrer les caprices du destin . Car il serait plus juste de dire que l'on ne mérite jamais les coups bas de la vie , et moins encore ceux portés par celui ou celle qui l'a partagée avec nous , cette vie. Oui, personne ne mérite de souffrir ,et pourtant nous souffrons tous, à des degrés divers , que ce soit dans notre chair ou dans notre âme. Nous endurons le pire , sans l'avoir mérité, tout en aspirant au meilleur . Tel est le prix que nous devons payer pour accéder à notre sainteté , et à notre droit de vivre.

samedi 6 juin 2015


C'est bien connu, les événements sportifs internationaux sont souvent l'occasion de la cristallisation d'un sentiment patriotique sans précédent . Le reste du temps , on fait peu cas de son appartenance à telle ou telle nation . Pire encore ! Nous formulons des reproches à l'encontre de notre terre nourricière et faisons curieusement l'éloge de ceux ayant eu la chance de naître hors de nos frontières . Heureusement que les compétitions attisent le feu de notre combativité et ravivent les flammes d'un chauvinisme passablement écorné. Quelle que soit la discipline sportive concernée, nous nous sentons tous épris de solidarité  et opposons une cohésion farouche à l'ennemi juré qui ose nous défier .

 Que l'on se rappelle l'engouement que la coupe du monde de football avait suscité en 1998  . Moi-même, peu adepte en temps normal du ballon rond , avais-je été conquise par les prestations de ces divinités du gazon , dont la vélocité et l'habileté pédestre n'étaient pas sans rappeler les prouesses du dieu Hermès . Soudainement la France entière n'avait d'yeux que pour les jeux de jambe de l'équipe tricolore qui osait voler la vedette aux Brésiliens jusque-là bénis des dieux olympiens.  Sur les épaules de nos onze héros reposait l'honneur de l'Hexagone .  Et leur victoire bien méritée a redoré le blason du coq gaulois dont la renommée commençait à péricliter .

La fibre patriotique est aussi palpable  chaque année sur le court Philippe Chatrier . Avec son ambiance de kermesse , sa large panoplie de produits dérivés , et sa pléiade de playboys sponsorisés  , Roland Garros devient la destination privilégiée des obsédés de la raquette du monde entier. Quinze jours durant , ce sont des milliers de spectateurs ultralookés qui  s'acheminent en procession vers l'enceinte sacrée où va se jouer le combat de Titans aux bras  ultramusclés .

Dès que l'on prend place sur les gradins , on mesure l'étendue médiatique de l'événement  . Écrans géants, hauts parleurs , cameras sur grue et sur rail ,  la démesure est a l'honneur . Après quelques échanges gentillets,  les joueurs rentrent vite dans le vif du sujet . Les balles fusent de part et d'autre à des vitesses extrêmes. On en a le mal de mer à tourner la tête sans arrêt . Les ramasseurs de balles fébriles nous donnent le tournis . L'arbitre qui glapit " faute " nous fait presque défaillir . Quand arrive la balle de match, on frôle le malaise vagal. On prie , on frémit , on bondit de joie aussi , et puis on applaudit , quelle que soit l'issue de la partie, car on a été content d'être venu soutenir son favori, et de s'être senti vibrer avec des milliers d'autres autour de cette arène ocre aux allures de Colisée romain où le destin a encore une fois voulu jouer au plus malin.