Pages

Nombre total de pages vues

dimanche 31 mai 2015

Le Printemps met toujours un brin de temps à prendre ses quartiers à Paris . C'est un magicien adepte de la procrastination, dirons-nous . Il lui faut deux bons mois avant de faire grimper le mercure d'un coup de baguette magique, et surtout avant de tirer le soleil paresseux de son sommeil hivernal et lui intimer l'ordre de monter la garde dans le ciel bleu de la capitale. Avril doit tirer sa révérence pour qu'enfin nous puissions remiser fourrures et lainages et arborer soieries et cotonnades .

Sitôt le mois de Mai arrivé, l'envie nous prend de déserter Paris et gagner des contrées au quotient ensoleillé plus élevé . C'est sûr qu'avec son chapelet de jours fériés et sa farandole de grands-messes surmédiatisées, Mai sonne le glas de notre sédentarité. Quand certaines d'entre nous se dévêtissent et se déchaussent pour aller fouler le sable des plages normandes , d'autres se chaussent de stilettos à se fouler la cheville et cachent tout juste leur nudité pour se hisser en haut des marches du palais des festivals de Cannes.

 Mais qu'on ne s'y trompe pas ! Ce n'est pas l'amour du 7eme art qui guide leurs pas ! Pour la majorité d'entre elles, la motivation première n'est pas de s'intéresser aux films en compétition , mais plutôt d'entrer en compétition avec les autres festivalières qui ont payé , comme elles , leur place très très cher et très loin du grand écran, d'ailleurs. Peu importe! Bon nombre de projections sont très barbantes, d'autant que les films étrangers sélectionnés ne sont pas doublés mais seulement sous-titrés. Et puis quoi encore !

Ah, Cannes ! Tout le mode en rêve ! C'est un peu le rêve américain du Français moyen . Il a  besoin de fantasmer , le pauvre. Personne n'oserait l'en blâmer . Entre le burn-out ( surmenage) et le bore-out ( sousmenage) , les soucis au sein de son ménage ( quand il en a un ) et les corvées de ménage ( ça , malheureusement , il en a toujours ), notre concitoyen éprouve le besoin de s'évader .

Or quoi de plus magique que le tapis rouge ( à défaut d'être volant ) sur lequel , le temps d'un shooting éclair (gare aux phosphènes ! ) , les grappes de stars jouent aux stars devant des hordes de badauds émerveillés ! Pour une fois que le petit écran augmente la sécrétion d'endorphines du cerveau du téléspectateur de base. Ces derniers temps surtout, ce dernier est sujet à des crises d'angoisse aiguë . Le JT, il ne veut plus en entendre parler , surtout depuis que des pilotes psychotiques s'amusent à crasher des avions.

Pour ceux qui ne seraient pas fans du tapis rouge , reste la terre battue de Roland Garros . Contrairement à Cannes, on peut y aller en métro et on ne risque pas de s'endormir devant un film pseudo-intello au tempo largissimo. En plus on est au grand air. Pas besoin de smoking ni de robe ultra glamour. Une paire de running stylées et de solaires griffées feront amplement l'affaire. Ah, j'oubliais ... On a beau être en Mai, il faut prévoir le parapluie , surtout si l'on est dans la tribune VIP ;-)

vendredi 15 mai 2015


Avez-vous  remarqué comment, dans le métro, les usagers s'adonnent avec délectation au jeu des chaises musicales? S'asseoir dans le sens de la marche fait partie de leur priorité, de leur instinct, même. Sans doute pour des raisons imputables  aux lois de la physique. La force d'inertie y est pour quelque chose, elle qui nous procure, en cas d'accélération, la délicieuse sensation de notre corps projeté en arrière.

Mais il semble que cette compulsion à suivre un mouvement donné soit ancrée dans l'esprit de certaines plus qu'il n'y paraît . Comme si elles avaient trop lu Rabelais et vouaient aux moutons de Panurge une passion exacerbée. Mû par un instinct grégaire, leur cerveau reptilien leur enjoint de suivre le troupeau, se fondre dans la masse , et  ne surtout pas faire de vagues, pour éviter tout risque de noyade. Elles laissent pour cela à d'autres le soin d'ouvrir la marche, se contentant seulement de leur emboîter le pas .

Vestimentairement parlant, elles se laissent cornaquer par les gourous de la fashionsphère, qui, à trop vouloir causer de remous médiatiques, sont trop souvent garants d'un mauvais goût hyperbolique. Faux pas assurés quand elles s'avisent de plagier ces pseudo-stars aux morphologies cubistes.  Ces derniers temps , il semblerait que la tendance soit aux phénomènes de foire. On ne compte plus les défilés des clones de la Venus Hottentote. Le red carpet est rassasié de fessiers hypertrophiés qui exposent sans sourciller leur quasi nudité. C'est sans doute parce qu'ils sont dénudés que les popotins imposants ont tant de popularité! Ils arrivent même à concurrencer les poitrines prêtes à imploser! C'est vous dire ...

Mais il n'y a pas que sur le terrain de l'apparence que s'exerce cette tendance avérée au mimétisme. Pour conquérir le marché fructueux des célibataires avant qu'elles ne deviennent des célibs à terre , les trendsetters traînent partout, dans les cuisines comme dans les lits. Ils les gavent des bienfaits des truck foods et du slow food , avec food porn à l'appui . Ils leur font miroiter le septième ciel en les convainquant de se lancer de nouveaux défis érotiques pour capturer le cœur de leurs amants. Plus besoin de baguette magique pour parvenir à leurs fins! La fibre optique accomplit des prodiges en répandant la bonne parole prêchée sur les forums électroniques .

Est-ce à dire qu'il n'y a point de salut hors de ces modes de vie formatés et adoubés par le plus grand nombre? Le sort d'un mouton serait-il plus à envier que celui d'une brebis galeuse? Au moins la brebis aura le mérite de ne pas finir dans une assiette, contrairement au mouton qui saura malheureusement à quelle sauce il sera mangé. Les moules sont faits pour être cassés ; comme les œufs , si l'on a pour dessein de déguster une omelette. Nager à contre-courant n'a jamais nui à personne. Mais pour ce faire, encore faut-il vaincre cette force d'inertie qui amollit notre libre-arbitre et recouvrer enfin nos esprits!