Pages

Nombre total de pages vues

mardi 31 mars 2015

Les commémorations , on aime bien ça, dans nos sociétés occidentales . On nous ordonne de nous souvenir . Surtout de choses qu'on n'a jamais vécues . De la barbarie humaine aussi bien que de la transcendance divine . Au nom du sacro-saint devoir de Mémoire. A ces célébrations historiques ou religieuses se greffent un chapelet d'autres fêtes , à visée principalement commerciale , comme la Saint Valentin, où on nous impose d'assigner une valeur marchande à ce qui n'en a pas : l'amour. Comme si ça ne suffisait pas , on a décidé d'attribuer une fonction aux jours de l'année restants . Alors des instances supérieures ont planché sur la question , et le résultat mérite qu'on lui prête toute notre attention.

Pour une grande majorité , les journées mondiales sont dédiées à des populations dont le trait commun  est leur vulnérabilité . Parmi les mieux représentés , les sujets souffrant d'une pathologie ou d'un handicap invalidant: Sida , cancer , lèpre , tuberculose , pneumonie , Parkinson ,  paludisme , hémophilie,  pour les affections les plus graves ; surdité ou bégaiement , pour les handicaps . Ce sont les journées " contre " .

Il existe aussi les journées " sans " : sans voitures , sans achats , sans téléphone portable , sans tabac . Ce sont les journées anti-société de consommation , en quelque sorte , ou anti-addiction . Ce  qui n'est pas si mal, après tout . On se soucie de notre santé  et de notre équilibre. Et au passage, on en profite pour rendre hommage à  Dame Nature dans toute sa diversité.

Car, notons-le,  il y a beaucoup de journées mondiales  écolo, dans le calendrier grégorien . Il n'y a qu'à recenser celles où il est question de l'eau . Qu'il se décline en rivières , mers ou océans , l'élément liquide est maintes fois célébré dans l'année . La faune tient aussi une place de choix . Oiseaux migrateurs , chats , lions , éléphants même . De quoi réveiller nos envies d'exotisme .

Moins exotiques sont les journées consacrées aux femmes. Celles qui sont encensées , ce sont les femmes rurales , les infirmières , les secrétaires , les sages-femmes et les ... ménopausées ... Aucun risque de nous faire atteindre l'orgasme , lui qui , pourtant , est à l'honneur le 21 décembre . A quatre jours près , on était en plein blasphème ...Citons parmi les journées mondiales les plus insolites , celles du tricot, de la plomberie, des jeux vidéo et des toilettes... Il faut dire que sans les latrines, la vie serait un enfer .

Mais il faut garder le meilleur pour la fin . Il existe , fort heureusement , des journées placées sous le signe de la positivité . La maladie, la discrimination, la cruauté , on n'a qu'une envie , c'est de les oublier au plus vite . Il faut arrêter de nous faire culpabiliser .  Mes journées favorites , et les vôtres , sans nul doute , ce sont celles du sourire et du rire, de la gentillesse et de l'amitié , des câlins et du bonheur . Parlons-en du bonheur . Il n'est pas assez représenté , le bonheur. A lui seul,  il mériterait qu'on lui dédie les 365 jours de l'année!

jeudi 26 mars 2015

Dans cet univers  de l'hyperconnexion où l'on peut joindre n'importe quand, n'importe où, n'importe qui , force est de constater que nous vivons retranchés dans le bastion de notre indifférence au monde qui nous entoure , comme si le trop-plein d'informations et d'interactions digitales saturait notre besoin  d'immersion dans le bouillonnement incessant du réel .Pris au jeu, nous assumons notre condition de pion sur l'échiquier du désir  fluctuant, prompts à nouer et dénouer des amitiés virtuelles  , érigeant autour de nous un cordon de sécurité quand le cordon ombilical de nos relations sur la Toile se fait trop étouffant .

Nombreux sont ceux qui jettent l'anathème sur ce mode de consommation sauvage , arguant du fait qu'il fait fi de la sensibilité et susceptibilité des différents actants . Mais ils oublient, en passant , que hors de son contexte professionnel , le web n'est qu'un terrain de jeux , une partie de cache-cache aux bornes temporelles infinies puisque les écrans sont aussi résistants que des masques de fer tant que les participants ne décident pas de faire le grand saut dans l'ici et maintenant de la rencontre physique. On se farde de l'identité qu'on veut , à commencer par un pseudo, et, par un effet de miroirs vertigineux, se met en place une mise en abîme de faux semblants qui alimente le fantasme et trompe l'ennui.

Car , il faut bien le dire, on s'ennuie à en mourir dans nos sociétés à géométrie invariable, dans nos foyers centrés sur la sacro-sainte famille et le bien-être bon marché procuré par les émissions de télé-réalité et les voyages bon marché. Alors il faut bien s'évader. A moindre frais. Cela n'engage à rien. On parle à des inconnu(e)s. On se découvre des passions inavouables communes qui épicent notre imaginaire sclérosé par une vie de couple qui s'est émoussée. On se dit qu'on est moins seuls sur terre , qu'il est encore temps de refaire sa vie car, manifestement , on s'est trompés de partenaire.

Les plus naïfs d'entre nous sont prêts à tout sacrifier pour un shoot d'euphorie qui les fera décoller du ciment de leur quotidien. Sauf qu'ils oublient que , derrière l'écran, se tiennent des escrocs de l'apparence , des simulateurs/simulatrices n'ayant rien à perdre , des paumé(e)s dont la seule visée est de faire perdre l'équilibre à ceux qui se sont laissés berner par leur promesses fallacieuses. Car ce sont des joueurs tout-terrain, des aventuriers intrépides , et la Toile leur offre un nouveau défi qu'ils ont bien l'intention de gagner.

Alors pourquoi leur jeter la pierre, à ces imposteurs ? Reproche-t-on aux joueurs de poker de bluffer ? Plutôt que de les stigmatiser, jugeons avec plus de sévérité les pères/mères, époux et épouses démissionnaires, qui ont fui leurs responsabilités et ont cru, à tort, à une meilleure destinée en accordant leur confiance à des êtres dénués de réalité. Ils n'ont pas mérité ce qu'ils ont lâchement abandonné et paieront, un jour ou l'autre, le prix de  leur excès de crédulité.

dimanche 15 mars 2015



L'adage" Pour vivre heureux, vivons cachés " aurait bien du mal à se vérifier de nos jours. Car quand bien même nous  parviendrions à nous soustraire à la vue de notre prochain , il faudrait aussi nous dépouiller de nos vademecums électroniques, qui, bien qu'ils soient essentiels à notre survie psychique, n'en sont pas moins des mouchards de haut vol, nous soumettant à une géolocalisation sans concession .

En nous promettant de nous faciliter la vie grâce à une orientation géographique personnalisée, les applications pour smartphones font de nous des otages du service de renseignement digital. Le moindre de nos mouvements est traqué et tracé sur des fichiers numériques à des fins multiples: commerciales pour la majorité d'entre elles, sécuritaires pour une minorité . Mais pas seulement. Le domaine des sentiments est également circonscrit à un périmètre que l'on définit soi-même sur les sites de rencontre. On se fixe comme objectif de rencontrer l'âme sœur dans un rayon kilométrique donné, en  oubliant, au passage, que l'amour véritable ne connaît pas de frontières. 

Ainsi, avec le virtuel,  le réel devient tellement transparent qu'il en perd l'une de ses qualités essentielles : le mystère. Nous voilà désormais privés de notre capacité à nous étonner et à nous émerveiller. Le plaisir d'une trouvaille architecturale insolite au détour d'une rue nous est ôté . Tout est répertorié dans un atlas numérique planétaire qui ne laisse rien au hasard. Le mot découverte, dès lors, n'a plus de  sens. Nous faisons partie de la génération des terriens blasés car trop assistés , des moribonds de la surinformation  qui se bercent de la douce illusion qu'ils vivent dans le meilleur des mondes . 

Ironie suprême...Ce qu'ils reçoivent d'un côté , on le leur retire de l'autre.  Car pour jouer la carte de la sécurité, ce monde emprunte à la dystopie orwellienne son intrusivité totalitaire. Vous voulez vivre heureux ? Alors il ne faut plus vivre caché! Avec ses armadas de caméras de télésurveillance et bientôt de drones , tout notre espace vital se voit  quadrillé , disséqué, violé par des yeux invisibles coupables d'un voyeurisme à outrance, et ce , au nom du bien de la communauté . 

Alors quoi de plus naturel que de se livrer à de l'exhibitionnisme gratuit sur les réseaux sociaux! Pourquoi tancer notre propension à tout dévoiler de notre intimité alors qu' intimité , il n'y en a plus ! De toute façon , le cloud se charge un jour ou l'autre de nous trahir. Alors , un peu plus ou un peu moins . Le numérique a eu au moins le mérite de démystifier l'idée erronée selon laquelle le bonheur , pour durer , doit être tenu secret . Superstition, quand tu nous tiens! Le bonheur n'a peur de rien . Il est libre d'aller et de venir au gré de ses envies . Et ce n'est pas les ondes électroniques , bonnes ou mauvaises , qui influeront sur sa destinée. 

jeudi 5 mars 2015

Une dame, de taille modeste, à la tête chenue, arpente la rue du Faubourg Montmartre en direction des Grands Boulevards. Elle se déplace lentement, appuyant chacune de ses mains sur une canne en bois sombre. Elle me dépasse , et la simple idée de l'avoir perdue à jamais me devient intolérable. Je me retourne, avide de déchiffrer le mystère de cette apparition émouvante.

Des bas gris tentent de dissimuler deux chevilles à la déformation douloureuse. Pourtant , ce n'est pas la souffrance qui émane de cette singulière passante , mais une force tranquille. Elle tire de la raison même de sa différence une vigueur et une patience surprenantes. Elle progresse à pas lents, personnage anachronique égaré au mileu de cette foule électrisée. Ses cannes martèlent le pavé à cadence régulière.

Elle est sûre d'elle. Elle sait où elle va. Qu'importe si la vie lui a ôté à jamais la sensation vertigineuse qu'éprouve le corps quand il s'élance dans l'espace. Dans un tiroir de sa mémoire, elle garde précieusement le souvenir de l'envol délicieux que lui permettaient ses jambes d'enfant dans sa province natale.

Sur le trottoir parisien où se côtoient sans jamais se rencontrer les destinées les plus diverses , elle va son chemin, imperturbable, et ses chevilles torturées me font soudain penser aux souches de ces arbres centenaires qui nous offrent, en pleine forêt, leur hospitalité quand nos pieds ne peuvent plus nous porter.

27 Mars 2000

lundi 2 mars 2015

Quel homme n'a pas rêvé de s'élever dans les airs et de survoler les mers pour contempler la terre ! Il faut dire que  nous nous  sentons cruellement à l'étroit dans nos prisons. Où que l'on aille , on ne se heurte qu'à des cloisons , des interdictions qui font le lit de nos frustrations . Que ce soit notre habitation ou le lieu où nous exerçons notre profession , tout allume en nous notre désir d'évasion et enfante des fantasmes  d'assomption , qu'elle soit spatiale ou cérébrale .

Déjà Icare avait ouvert la voie . En s'échappant du labyrinthe , il nous montrait que l'inventivité pouvait venir à bout de tous les obstacles , qu'il suffisait d'être ingénieux pour se sortir des situations les plus inextricables . L'avènement de l'aviation , en mettant à notre disposition des machines volantes capables de traverser les nuées et voir que le soleil brille toujours là-haut , nous a ensuite permis de chausser des bottes de sept lieues pour rapprocher les  continents jusque-là si lointains. La conquête spatiale, comme une boite de Pandore,  nous a enfin bouleversés par l'infini des possibles qu'elle nous a fait entrevoir.
`
Mais la technologie n'est pas la seule à pouvoir combler nos attentes en matière de voyages . Notre imagination remplit une fonction tout aussi gratifiante. L'on peut voyager dans sa tête sans pour autant mouvoir son corps . L'activité onirique , qui plonge ses racines dans le puits sans fond de l'inconscient , nous donne les ailes d'Icare et nous permet de réaliser ce que le monde physique nous empêche d'accomplir . Pas besoin de la poudre magique de la fée Clochette pour décoller de terre . L'alliage raffiné de notre esprit et de notre âme est d'une pureté bien plus subtile  pour concrétiser ce prodige .

A cette aspiration vers les hauteurs répond une autre , tournée vers les profondeurs . Les entrailles de la terre , tout autant que les abysses sous-marins, n'ont de cesse de fasciner les dérisoires terriens que nous sommes.  Il nous faut explorer l'inexplorable, les lieux où toute vie humaine n'est pas envisageable . Sans doute pour nous faire oublier un temps les oripeaux de cette existence qui nous colle à la peau comme la tunique de Déjanire.

Mais toutes ces plongées dans l'inconnu , on a beau leur donner le nom rassurant de science . Qu'il s'agisse de spéléologie ou d'océanographie , elles ne peuvent déguiser cette  obsession qui nous tenaille  d'aller chercher , comme Alice , monts et merveilles dans le labyrinthe souterrain de notre âme.