Pages

Nombre total de pages vues

mardi 30 décembre 2014


En ces périodes de fêtes hivernales dévolues, plus que toutes autres , aux  retrouvailles familiales , je me promis , une fois n'est pas coutume , de faire une bonne action et de prendre de fermes résolutions dans le domaine de la communication pour entrer dans les bonnes grâces de mes divins parents .

Étant une fervente prosélyte des nouveaux outils numériques, je m'étais souvent entendu reprocher mon manque d'implication dans tout ce qui touche à l'art de la conversation . Il est vrai qu'à force de glisser mes doigts fébriles sur des écrans tactiles , j'en oubliais même le boire et le manger , et ma langue commençait sérieusement à se scléroser du fait d'être si peu utilisée . 

Des detox , j'en avais déjà fait par le passé. Les défis , j'adore me les lancer . Il me plait de prendre des décisions brutales , trancher les nœuds gordiens , partir la baïonnette au point . Ainsi quand il fallut m'astreindre à restreindre mes inclinations congénitales pour les nourritures caloriquement fatales , je ne rechignai point . Cela devint le souverain bien que je devais sans plus attendre atteindre .

J'avais donc suivi le régime prescrit par mon nutritionniste et avais consommé des pommes sans modération , matin , midi et soir , jusqu'à n'en plus pouvoir . Je saisis , au bout de trois jours, toute la portée symbolique de ce fruit biblique . Car il m'expulsa , comme Eve, du paradis ( gustatif ) et m'infligea les pires tourments gastriques et bien des désagréments dyspeptiques . 

J'aurais dû en prendre de la graine et me méfier de mes entreprises trop téméraires . Mais étant butée de nature , je ne doutai aucunement que mon projet de detox digitale ne soit couronné de succès et rangeai donc au placard portables et tablettes susceptibles de faire obstacle à l'accomplissement d'un dessein aussi élevé . 

Une âme charitable , connaissant ma fibre de geek avérée  , m'avait mise en garde contre le démon de l'hyperconnectivité  . Dans un élan de générosité , elle m'avait conseillé de pratiquer la psychologie positive et , par prudence , d'adjoindre à ma cure quelques séances de sophrologie  . Je lui avais ri au nez ! Pour qui me prenait-elle donc ? À croire que je n'allais pas tenir mes engagements ! 

Quels délices furent les miens quand , à la première aurore de ma detox,  je me reveillai au chant du coq ( façon de parler ) et non à l'alarme programmée de mon smartphone ! Quel soulagement de ne pas devoir consulter ma messagerie 2.0 , retweeter  les  catastrophes synthétisées  par l'oiseau bleu (de si mauvais augure ), me réjouir des compliments de mes prétendants Tinderisés , commenter les statuts de mes amis facebookisés et liker les selfies de ceux instagrammisés ! 

Le mot de liberté prit d'emblée tout son sens  . Les chaînes de l'asservissement venaient de tomber . De vassal , j'étais devenue suzerain et prête à explorer les fiefs de ma créativité. J'entrai dans une nouvelle temporalité , non pas celle dictée par les alertes , les bannières , les sons inopinés en provenance des divers écrans de mon empire technologique , mais celle de l' "otium" tant vanté par les Sages de l'antiquité , ce temps béni où, dégagés des contingences matérielles ,  l'on médite fructueusement sur notre vie . 

J'en profitai pour relire Shakespeare . Je retrouvai la compagnie d'Hamlet , Macbeth et King Lear que j'avais injustement abandonnés depuis mes années d'université  . Alors commencèrent à émerger en moi des angoisses diffuses . Les doutes m'assaillirent . J'en perdis le boire et le manger . To eat or not to eat , that is the question ! C'est la question que se posèrent mes parents décontenancés , dépités de ne me voir toucher à aucun de leurs  mets raffinés .

Mes doigts commencèrent à pâtir de leur inactivité . J'eus soudain peur qu'ils ne perdent de leur agilité. Mon cerveau aussi commença à se dégénérer .  Un étrange symptôme , que les spécialistes ont baptisé le PPAC ( acronyme de "peur de passer à côté ") ne tarda pas à se manifester . J'eus le sentiment que la terre s'était brusquement arrêtée de tourner , moi  qui m'étais exclue de la communauté des ultraconnectés . 

L'envie me prit de confier mon désarroi à mon amie avisée , mais pour cela il me fallait me réapproprier le pharmakon ( oui , j'avoue , il m'arrive d'être cuistre ) que j'avais éloigné volontairement de ma portée . To phone or not to phone , that is the question . 

Sans hésiter , je la tranchai , cette question maudite . Je me saisis de l'objet du délit , l'allumai avec précipitation , fus la proie de palpitations cardiaques tellement intenses que je craignis devoir subir une défibrillation  . Une pomme à demi croquée apparut sur l'écran , qui me rappela des souvenirs déplaisants de digestion difficile . Je tempêtai contre la lenteur d'affichage de ma page d'accueil , avec , en médaillon , l'élu de mon cœur . ( Je ne vous dirai pas son nom, pour ne pas nuire à sa réputation ).


Quand, finalement , la lumière fut , mes questions existentielles se dissipèrent instantanément . Un sourire béat illumina mon visage. De douces sonorités tintèrent à mes oreilles . Des notifications à profusion , des SMS  , des emails, des  messages vocaux agitèrent mon portable de spasmes  ininterrompus que ma main eut du mal à contenir. J'en oubliai de joindre mon amie . Je tressaillis de bonheur ! J'avais retrouvé le goût à la vie! Mon appétit revint , ce qui rasséréna mes parents , qui se perdaient en conjectures sur l'origine de mon chagrin. Une chose est sûre , pour 2015, ma résolution est prise ! Je ne prendrai plus AUCUNE résolution ...

jeudi 18 décembre 2014



Ah, ces hommes! Ils me feront toujours sourire, eux et leurs tentatives de me séduire. Il est vrai qu'ils sont mieux armés pour faire la guerre, avec leurs bataillons et leurs stocks de munitions.Car  quand il s'agit de croiser le fer avec moi, les voilà bien "marris ", comme aurait dit Montaigne, et non pas " maris ". Loin de moi l'idée de les unir à ma destinée. Une fois m'aura suffi ...

Ce que je déplore , c'est l'indigence de leur lexique quand il s'agit de nous aborder nous, le beau sexe ! Plus ils ont de richesses matérielles, moins ils en ont de spirituelles. Leur humour semble s'être tari. Au lieu de mûrir et d'affûter leur esprit , ces messieurs s'atrophient et le laissent en friche, de sorte que l'ennui nous assaillit assez vite et que, pour lutter contre une telle accumulation de poncifs , il ne nous reste qu'à vider d'un trait la coupe de Ruinart que l'on a eu la bonne idée de commander.

Ravissante , jolie , charmante , mais encore ? Brodez , brodez!   s'exclame la Roxane de Rostand qui s'éveille en moi . Quels beaux yeux , quelle belle bouche , quels beaux pieds même ! (On reconnaît  les fétichistes à la façon dont ils  fixent avec insistance nos talons. ) Peine perdue ! Nos prétendants nous offrent du brouet alors que nous espérions  des crèmes. Ils sont de piètres cuisiniers , il est vrai , et les mises en bouche qu'ils nous servent sont soit trop fades soit trop épicées. Mais elles ne sont rien , comparées au plat de résistance ! C'est là qu'ils dévoilent  tout leur art...

Devinez la question qu'ils n'ont pas osé poser, mais qu'ils nous lancent comme un projectile via leur mobile,en catimini sous la table,  pour dissiper leur inquiétude ? " Es-tu  coquine ?". Pas au sens  de malicieuse évidemment , mais de licencieuse . Car certains ne cachent pas leur prédilection pour les ébats d'un type bien particulier dans des clubs d'un genre tout aussi particulier . Que voulez-vous ! Ils ont l'esprit tellement large qu'ils ne voient aucun mal à partager leur compagne . Et puis, comme dit  le dicton :  plus on est de fous , plus on rit !

Très drôle , en effet ! Moi, dans ces cas-là, je n'attends pas le dessert. Je les fixe langoureusement de mes si beaux yeux, je laisse se dessiner un  sourire coquin sur ma si belle bouche, et je tourne les talons sans même leur donner le temps de contempler mes jolis pieds. Et je les plains, ces pauvres hommes , qui ne connaissent ni l'art d'aimer d'Ovide , ni les élégies de Catulle, ni les poèmes de Ronsard ni les sonnets de Shakespeare, Je me dis aussi que, même si bas bleu rime  avec fleur bleue, j'en préfère la couleur à toute la grisaille des petits matins , quand ils sortent de leur club libertin , désenivrés et vidés de leurs envies , après avoir vainement essayé de  tromper l'ennui de leur vie...

dimanche 7 décembre 2014

J'ai testé pour vous Tinder . Pour celles qui ne connaissent pas , c'est l'appli mobile qui fait des étincelles dans le cœur des petites et des grandes de 7 à 77 ans. Finis  les sites de rencontre "has been" qui vous obligeaient  à remplir des questionnaires bidon pour dénicher les plus beaux étalons de la Création.  Les souris, c'est connu, font fuir les équidés. Surtout quand on clique trop dessus.

Désormais Tinder , qu'il ne faut pas confondre avec Kinder ( le chocolat ), nous réserve des surprises à gogo . Avec son logo en forme de flamme, ce nouveau réseau social met le feu aux poudres en nous proposant de "liker"ou non des brochettes de mâles alpha, mais surtout gros bêta, qui étalent leurs appâts sur des selfies artistiques ou artisanaux supposés déchaîner notre libido. J'ai bien dit "supposés". Car, pour ma part , la magie n'a guère opéré . En cliquant sur un coeur (pour signifier notre émoi) ou une croix ( pour manifester notre effroi), on voit défiler sur notre écran les clichés de  potentiels prétendants , vus de profil ou de face, en plongée ou contre-plongée.

 Statistiquement parlant , on note une forte proportion de bipèdes a la silhouette tronquée (volontairement  décapités en l'occurrence ) , sans doute pour nous inciter à nous focaliser exclusivement sur leurs abdomens musclés ( les fameuses tablettes de chocolat , mais pas celles de Kinder , hélas) . Les hommes troncs, ça n'a jamais fait fantasmer personne, sauf, peut-être, les amateurs de freak shows ( foires aux monstres ), mais ça,  c'était  il y a fort longtemps. 

En deuxième position se trouvent les fêtards  levant un verre à moitié rempli d'un breuvage aisément identifiable. Passe encore s'il s'agissait d'un élixir d'amour. Mais à voir la face hilare et le regard goguenard de ceux qui le brandissent, on se prend à douter des vertus aphrodisiaques de ce nectar nocturne. En tout cas , je dois avouer que le spectacle de telles libations ne m'a pas laissée tout feu tout flamme .

Une catégorie non négligeable de matamores au volant de décapotables ( probablement louées à la journée) a ensuite retenu mon attention. Bien mal leur en a pris. J'ai plus admiré la carrosserie du bolide dont ils faisaient la réclame que l'air fat qui émanait de leur visage. J'allais oublier les bikers , les rockeurs, les rappeurs , les dompteurs de tigres ( enfin, de bébés  tigres ), les amateurs de sport extrême ( skydiving, flyboarding, base jumping, kitesurfing ), les fumeurs de marijuana , les surfeurs etc. 

Mais c'est surtout les bluffeurs dont il faut à tout prix se méfier. Pour s'assurer qu'on va les remarquer et les liker, ils n'hésitent pas à uploader les clichés de golden boys surdiplômés qui exercent leurs talents en salle de marchés. Mauvais calcul! Il faut peu de temps pour découvrir leur supercherie. Au premier échange, les imposteurs sont démasqués. On découvre bien vite que l'arithmétique n'est pas leur fort et que l'orthographe n'est pas leur tasse de thé . 

Parlons-en, des échanges. Ils ne sont guère variés. Peu de gentlemen, en règle générale, et bien trop de queutards ! Que voulez-vous ! Le Viagra fait beaucoup de ravages. Au lieu de nous inviter à prendre un verre pour discuter, ces messieurs nous parlent directement de préliminaires et d'oreillers . Bref, avec Tinder comme avec Kinder, on n'est pas au bout de nos surprises . Reste que, contrairement au chocolat, l'appli nous laisse un goût des plus amers...