Pages

Nombre total de pages vues

samedi 30 août 2014


Une brise qui fait frissonner, des transats en déshérence, un silence orphelin de rires d'enfants qui s'ébaudissent dans les vagues, tels sont les signes qui indiquent infailliblement que l'été tire sa révérence, que l'heure du départ à sonné, que le quotidien va reprendre le dessus avec son lot de servitudes qu'on avait soigneusement remisées dans un tiroir de notre mémoire. Les vacances sont bel et bien terminées. Bientôt les files d'attente interminables, les bousculades, les gyrophares et les klaxons, les rumeurs et la mauvaise humeur.

Alors on regrette d'avoir pesté contre le sable fin qui s'insinuait insidieusement dans nos sacs et nous piquait les yeux au moindre coup de vent.  On s'en veut aussi d'avoir trouvé l'eau de mer si amère quand on avait bu la tasse. Ces petits désagréments ne sont rien en comparaison de ceux qui nous attendent jusqu'à l'été prochain. Plus d'une fois nous aurons les yeux qui piquent, mais pour d'autres raisons. Et les gorgées d'amertume, on les goûtera forcément au fil des saisons .

Heureusement, on emporte, dans la valise de nos souvenirs, des moments inoubliables vécus sous un soleil radieux et un ciel sans nuages. Des amitiés qu'on aimerait durables même si elles ne seront que transitoires. Des visions de palmiers géants oscillant au gré du vent, des chants d'oiseaux matinaux qui nous ont fait aimer nous lever à l'aurore. Des sentiers ombragés dans une forêt de montagne où des rochers de titans, parés de mousse odorante, nous ont révélé une nature grandiose.

Et l'on se dit que la vie vaut la peine d'être vécue. Que quoi qu'il arrive, on reviendra un jour fouler ces plages de sable fin, on se laissera caresser par les courants marins, intimider par la voix rauque des torrents dévalant des sommets, et attendrir par de frêles fougères servant d'ombrelles à des bouquets de cyclamens. On se dit que le temps n'est pas si assassin qu'on le pense. Que ce qu'il nous prend en années, il nous le rend en sensations soyeuses et émotions précieuses. Et qu'il n'est de bonheur plus éclatant que de se sentir vivant !

samedi 23 août 2014


Ah! la plage ! On en rêve toute l'année. Le sable fin, le murmure  des vagues, la caresse du soleil sur notre corps enfin affranchi du port du vêtement. On a traversé les saisons avec détermination , supporté stoïquement que l'automne coquin dévêtisse la végétation,  combattu héroïquement  les assauts de l'hiver belliqueux, guetté avidement l'équinoxe de printemps, annonciateur de douceurs climatiques et d'éclosions en tout genre .

La plage, c'est le lieu ressource dans l'imaginaire collectif. Un coin de paradis qu'on achète à prix d'or et dont on ne peut se passer. On veut bien faire une croix sur les pistes de  Saint-Moritz en temps de crise, mais pas sur le rivage de Saint-Florent et de son onde cristalline .

Alors, on s'y prépare longtemps à l'avance, à notre effeuillage sur le sand carpet. C'est que la concurrence va être rude. Les Lolitas sévissent, et les bimbos aussi. Alors une bonne detox s'impose avant un destockage graisseux. La grâce, par contre, on l'a ou on ne l'a pas .

Après quoi l'indispensable achat du maillot de bain récompense nos efforts démesurés. Si on a passé l'hiver à faire des squats et des pompes, on peut se permettre, passée la trentaine, le bikini sexy, voire le trikini. Sinon, on se contentera d'un maillot une-pièce, mais pas de n'importe lequel : échancré et décolleté, s'il vous plait ! Sans oublier les lunettes de soleil griffées. Pour zieuter et être zieutée .

Le grand jour arrive. Enfin prête pour la descente des marches! Une fois touché le sable ferme, nous repérons le jeune plagiste bodybuildé préposé à la mise en place des transats. Il nous en faut un face au soleil (héliotropisme oblige ) et le plus proche de la mer ( paresse oblige ). Alors l'on peut procéder au rituel du déshabillage. Ni trop rapide, ni trop lent. Juste ce qu'il faut pour susciter le désir.

Telle une hétaïre, nous allongeons notre corps de déesse avant de l'enduire généreusement de crème solaire à indice de protection élevé - les homards, on les aime dans l'assiette, mais on n'a guère envie de leur ressembler . Ah! Le sable fin ! Le murmure des vagues ! La caresse du soleil !

 Mais soudain voilà qu'un ballon fait violemment irruption dans notre champ de vision et vient briser notre quiétude chèrement acquise. Puis c'est au tour d'un petit fripon pris en chasse par une horde hurlante de nous éclabousser de sable. À peine avons-nous repris nos esprits qu'un vendeur ambulant nous oblige à ouvrir la bouche pour gouter l'une de ses pralines .

C'en est trop! Avoir attendu un an pour subir tous ces désagréments! De rage nous lui en achetons trois paquets et les ingérons goulûment . Tant pis pour le trikini ! Demain ce sera plongée sous-marine ! Avec les poissons , rien à craindre : ils sont muets comme des carpes et il ne risque pas d'y avoir anguille sous roche .

jeudi 14 août 2014



"Tu t'appelles comment ? Tu as quel âge ? ". Ces deux questions, il ne vous viendrait pas à l'esprit de les poser à un inconnu de passage , même si vous en brûliez d'envie . Et pourtant , vous vous souvenez les avoir prononcées il y a longtemps de cela, quand vous rêviez de bikini sexy et qu'on vous affublait d'une barboteuse hideuse. Quand vos biceps fluets étaient comprimés par des brassards ou , pire encore , qu'une bouée à l'effigie d'un vilain petit canard ceignait votre taille alors que votre palmipède favori, c'était, bien évidemment,  le cygne blanc .

C'était l'époque où vous utilisiez la parole non pour déguiser votre pensée , comme le proclamait Talleyrand , mais pour communiquer avec authenticité .  C'est maintenant au tour de votre  enfant de les poser , ces deux questions . Vous lui avez assigné un périmètre de sécurité et surveillez , en bonne mère-poule que vous êtes , le moindre de ses faits et gestes , sur cette plage où il va goûter aux joies de la baignade . Sans vous douter qu'il fera peut-être aussi l'expérience de la douche froide .Car si vous êtes en vacances , la nature humaine , elle , ne l'est jamais . Et votre enfant , aussi mignon qu'il est , aura tôt fait d'en faire les frais .

Plantons le décor . L'après-midi touche à sa fin , et la patience de votre bambin aussi . Il a accepté , presque sans  broncher , de se laisser enduire  le corps d'un  écran total poisseux qui lui donne des airs de Casper dans un remake des Bronzés . Il a serré les dents quand vous lui avez ajusté son bob fluo et ses lunettes aux verres miroir , sans vous rendre compte qu'il possède un sens inné du ridicule , et que ressembler à un mix des deux Flics à Miami et des Beach Boys ne correspond pas à ses critères esthétiques - ni aux vôtres , d'ailleurs . Alors , quand vous lui demandez , après une trempette éclair , de s'asseoir gentiment sous le parasol pour pouvoir enfin étaler votre corps de Milf sur votre transat loué à la journée , pas étonnant que le fruit de vos entrailles émette les  grognements d'un fauve en cage  et qu'il soit submergé par l'appel du large .

C'est qu'il n'a pas besoin de longue-vue pour inspecter les environs avec le maximum de précision. Ce qui l'intéresse , c'est avant tout l'action . Et sur une plage , elle se concentre principalement sur une zone bien définie qu'il scrute sans relâche , toutes antennes dehors , prêt à vous fausser compagnie à la moindre occasion . La  portion géographique sur laquelle il focalise son attention , c'est celle où le sable est assez imbibé d'eau salée pour ne pas s'éparpiller en grains folâtres quand on le saisit par poignées. C'est là que le petit d'homme révèle sa nature d'homo faber en se lançant , chaque été , dans la construction de châteaux éphémères . Et c'est avec envie qu'il observe ses congénères lorsque , animés d'une fièvre bâtisseuse  , ces derniers affrontent vents et marées pour édifier remparts et donjons de sable à la longévité programmée .

Votre rejeton, s'il n'est pas poltron, tentera une brèche .  Il guettera le moindre signe de découragement des apprentis maçons pour leur apporter sa contribution . "Tu t'appelles comment ? Tu as quel âge ?"S'il est timoré, par contre, il  demeurera figé comme une statue de sel , tiraillé entre le désir de collaborer et la hantise d'être rejeté. C'est que l'instinct de propriété de ces petites personnes est fortement développé . Même si le sable appartient à tout le monde , ce qu'ils en font n'appartient qu'à eux seuls . Et gare à celui qui s'avisera de leur barboter pelle , râteau , seau ou tamis ! Il lui en coûtera une belle touffe de cheveux arrachés  ou une généreuse volée de sable dans les yeux .

Heureusement ! Les verres miroir ont fait écran et votre mini-moi ressortira indemne après pareil affront . Il ravalera ses larmes et reprendra son poste d'observation sur sa serviette  éponge sans que vous ayez eu besoin de sonner du clairon . C'est alors qu'une méchante vague viendra anéantir le fruit du dur labeur des trois vilains  garçons, qui se répandront en lamentations devant les vestiges de leurs fortifications bidon . De quoi en tirer une bonne leçon!
Comme quoi , on peut devenir vite  un sage , sur un modeste bout de plage , à n'importe quel âge .