Pages

Nombre total de pages vues

dimanche 29 juin 2014

   Il y a autant de façons de parler de l'être aimé que de façons d'aimer . On peut célébrer , à l'instar des poètes de la renaissance,  une partie du corps vénéré plutôt qu'une autre   : front , œil , bouche, sourcils, chevelure  ou même tétons , pour les plus polissons . Ce genre de poésie , qui a pour nom blason , comporte néanmoins une grande absente sur la liste des qualités qu'est en droit de posséder l'élu de notre cœur . C'est la peau .

   Et pourtant , sans elle , sans cette fine membrane qui recouvre notre chair et nous circonscrit dans l'espace  , nous ne pouvons pleinement goûter à ce délice des sens que procure une des manifestations de l'élan amoureux : la  caresse . Ce simple va-et-vient de doigts sur notre peau , qui s'épanouit dans la répétition , nous fait côtoyer les cimes de la pâmoison quand il est le véhicule d'une passion . Sans doute parce qu'il nous procure une sensation ambivalente, conjonction d' un doux frisson et de la brûlure d' un buisson ardent , fusion entre le froid et la chaud.

   Ce contact cutané , à l'apparence si banal, réussit le prodige de nous exiler de la dureté  sensorielle de ce monde qui beugle et bêle comme un troupeau de bétail dans cet  enclos qu'est notre microcosme social. Avec lui, Les mots sont superflus . Son langage purement tactile se suffit à lui- même . Il est le complément indispensable à la déclaration de deux amants , et réaffirme, au cours du temps , la permanence de leur  lien . Aussi faut-il s'alarmer quand il se fait plus rare . Sa disparition sonne le hallali d'une relation .

   Or  , s'il est une caresse qui , en toute occasion , apporte volupté et sérénité , c'est bien la caresse des mains. Les doigts qui s'entremêlent comme des lianes savent instantanément se frayer un chemin dans la jungle des émotions . Ils proclament l'union des âmes  et sont le signe ostensible de deux cœurs à l'unisson . Quand dissonance il y a , les doigts recouvrent leur liberté propre et réinvestissent leur fonction de préhension des objets du quotidien . Ils ne sont que les cinq outils d'une main. Dans le pire des cas , les doigts se font accusateurs : l'index est pointé, le majeur vulgairement dressé, et la gifle peut parfois même être infligée . La caresse fait désormais partie du royaume des limbes . Elle a peu d'espoir de ressusciter quand la désunion s'installe . On la trouve inhumée dans la crypte des amours défuntes .

   C'est au crépuscule de la vie  que la caresse prend toute sa valeur  , avec toute sa prégnance symbolique . À l'être aimé qui appareille pour l'autre monde , on prend la main , on la lui caresse . Comme pour un rite de passage. Mais le geste n'a plus d'écho et ne s'accompagne plus de réciprocité . Non pas  parce que le bénéficiaire a renoncé à tout attachement .  Mais parce que sa volonté de lutter l'a abandonné ,  qu'il sait que son départ est proche et inéluctable . Alors il laisse ses doigts pendre , comme les branches d'un arbre foudroyé , avant de s'agripper , dans un ultime  sursaut de vie , à la main de celui qui reste , et qui ne cesse de le caresser  , comme pour lui insuffler la chaleur de son amour , à lui qui ne frissonne plus , maintenant  que le froid de l'au-delà a immobilisé son corps  et pétrifié son coeur.

mardi 24 juin 2014


    Qu'on le veuille ou non , notre corps est le bagage que l'on transporte continûment avec soi, de notre naissance à notre mort , sans possibilité de nous en défaire. Il  prend corps dans le corps de notre mère , replié sur lui-même dans les ténèbres utérines , avant d'être expulsé vers la lumière et croître à son rythme , soumis aux métamorphoses que lui fait subir le temps qui scande notre existence .

    Le temps biologique , en premier lieu , mais aussi le temps (au sens météorologique ) du psychisme , avec ses accélérations et ses décélérations .  Car une chose est sûre : bon gré mal gré , notre corps est attelé à notre esprit pour le meilleur et pour le pire , dans notre voyage forcé sur cette terre . Dès lors , tous les coups sont permis . De cette cohabitation contrainte , naissent des rébellions sans fin  , et il faut être un habile aurige pour éviter de verser dans le précipice .

    De cette lutte sans merci, le corps est toujours le premier à pâtir . Extérieurement d'abord. Au vu et au su de tout le monde , il se dilate ou se rétracte , faisant osciller la balance au gré de nos humeurs changeantes . Intérieurement aussi . Nos organes sont mis  à rude épreuve . De l' ulcère au cancer , nos viscères subissent les assauts répétés de la maladie très souvent induite par un esprit à l'agonie . Psychosomatisme oblige .

    Pour parer conjointement à l'érosion physiologique de notre corps et aux déprédations physiques commises par les diverses pathologies , notre volonté s'avère une alliée de choix . Elle est la forteresse dans laquelle nous nous retranchons pour nous façonner un corps de déesse: celui immortalisé par la statuaire antique . Un corps modelé à force d'être mortifié par des séances de musculation intensive . Un corps magnifié et exhibé sans retenue sur du papier glacé. Comme pour conjurer les moment où il deviendra de glace , aussi froid que le marbre des statues qu'il tend à imiter.

    Car rien ne peut enrayer le cours implacable du temps. On peut tout au plus faire illusion , user de  subterfuges pour redonner à la peau son apparence juvénile . Mais l'on ne trompe que soi-même dans ce vaste jeu de dupes . Les années que l'on pense avoir soustraites à notre état civil sont bel et bien inscrites sur la feuille de route de notre vie . Et ce corps que nous exaltons , et grâce auquel nous exultons dans cette jouissance que nous procurent  les plaisirs de la chair,  ce corps est pourtant bien notre prison ! Ne l'oublions pas : la "petite mort" porte bien son nom. Elle n'est qu'une séance de répétition avant l'exécution de l'oraison funèbre qui clora notre existence sur terre.

dimanche 15 juin 2014


    Si vous ne deviez emporter qu'un seul objet sur une île déserte , quel serait -il ? À cette question, quel visage ne s'est pas illuminé d'un sourire rêveur ! L'image d'une île paradisiaque se superpose à votre univers citadin , et vous voilà transportée sur une plage de sable fin , bercée par le doux murmure des vagues , engourdie par la lascive caresse du soleil , abîmée dans la contemplation de l'horizon  lointain.

    C'est que cette interrogation ouvre grand les portes de votre imaginaire et vous donne un passeport pour l'évasion. Le bitume s'évapore , les klaxons font taire leur stridence , la marée humaine se retire . Vous vous retrouvez seule. Sans plus aucune attache . Dépossédée de vos biens . Échouée sur un banc de sable sous des latitudes inconnues . Dépossédée de tout , sauf d'un seul objet . Votre totem . Votre kit de survie psychique .

    Autant dire que le choix de celui-ci demande réflexion. Et la question inaugurale , d'apparence banale , fait resurgir à la surface des cascades de questions abyssales qui s'emboîtent comme des poupées russes  : Quel objet serait doté , pour vous , d'une valeur assez  inestimable pour évincer tous les autres ? À quoi attribuez-vous le plus d'importance dans votre vie ? Quel sens donnez-vous à votre vie ?

    Insensiblement , l'île déserte , dont vous rêviez secrètement , vous amène à vous aventurer sur un territoire  que vous avez toujours redouté d'explorer . Vous , qui envisagiez ce voyage pour vous soustraire aux incessants dilemmes et vous lover dans les bras de l'oubli , vous retrouvez prise au piège , emmurée dans l'espace clos de votre moi , aux prises avec  des questions d'ordre métaphysique . Ironie suprême !


    Rassurez-vous ! Votre rêve d'île déserte , somme toute , a peu de chance de se réaliser . Et c'est tant mieux pour vous . Regardez  Robinson ! Si Vendredi ne lui était pas tombé du ciel , il aurait probablement continué de noyer son chagrin dans les vapeurs de la  souille . Aucun humain ne courtise volontairement la solitude , sous quelque latitude que ce soit . Et la plus belle île au monde ne saurait nous faire changer d'avis . Alors , si par hasard , votre rêve se réalise , et que vous vous retrouvez sur un îlot perdu du pacifique , ne réfléchissez pas ! Le seul objet qui vaille la peine de vous accompagner , c'est l'espérance !

vendredi 6 juin 2014


    À mon humble avis, il serait temps de dégraisser la presse hexagonale de tous les emprunts anglo-saxons dépréciatifs dont elle fait bombance . À une époque où l'économie et la politique , principales garantes d'un équilibre moral, sont mises à mal, les médias s'en donnent à cœur joie et distillent aigreur et stigmatisation , alimentant notre rancœur au lieu d'assainir notre cœur .

    Parmi les pratiques  favorites  , citons le "Bashing" ( fait de critiquer avec virulence quelqu'un  ) et le "Shaming" ( fait de couvrir de honte quelqu'un ). Personne n'est épargné . Comme dans les sociétés archaïques , il faut qu'un bouc émissaire soit envoyé dans le désert pour expier les fautes d'un groupe d'individus donné. Ainsi la cible varie  selon les frustrations du moment . On peut s'acharner sur un citoyen en particulier ,  comme sur une communauté spécifiquement nommée.

    Au rayon des nouveautés, le" Pet Shaming" , moins nocif pour le public visé, puisqu'il ne cible que les animaux de compagnie . Les réseaux sociaux en font leurs choux gras .Les  chiens ou chats incriminés accèdent à la popularité le temps de leurs méfaits . Qu'ils aient mis en pièces votre livre d'art préféré ou lacéré vos tentures Laura Ashley ,  ils consentent ,sans broncher,  au châtiment qui leur est réservé : se faire tirer le portrait ,avec, autour du cou, une pancarte mentionnant  leur forfait .

    Si les clichés postés prêtent à sourire , il n'en est pas de même de ceux censés rappeler à l'ordre les gastronomes trop zélés . Les chantres  du "Body  Shaming " déversent leur bile en publiant à l'envi les photos de  gourmandes prises en flagrant délit d'hyperphagie .J'ai bien dit "gourmandes" . Comme si la gloutonnerie était un péché capital typiquement féminin . Eh oui ! Le sexisme , lui , ne risque pas de dépérir tellement il a le ventre plein .

    De la gourmande à la gourgandine , il n'y a qu'un pas , et il est vite franchi . Car à l'opposé du "Body Shaming ", et de ses variations sémantiques tels que le " Fat Shaming " , " Weight Shaming" ou " Food Shaming", on trouve le " Slut Shaming " . En général , celles qui en sont victimes ne souffrent pas de troubles alimentaires comme les précédentes . Elles ont plutôt un appétit d'un autre genre , et n'ont aucune inhibition à exhiber  leur corps pour satisfaire leurs besoins . Si elles jouissent , auprès des hommes , d'une adoration toute bestiale, elles ne sont guère en odeur de sainteté auprès des Jeanne d'Arc du féminisme hexagonal  . Honte à la France , et surtout honte aux femmes !


    Aux adeptes du "Shaming" , je n'ai qu'un mot à dire: Shame on you ! ! Laissez donc les gens vivre ! Vous mériteriez un bon "Bashing" ! Mais comme je ne suis pas d'humeur belliqueuse et prône l'irénisme plutôt que l'ire , je laisse aux chiennes de garde hagardes le soin d'aboyer toutes en chœur , et vais , pour leur faire la nique , enfiler mes " Fuck Me Shoes " ; car  comme disait Marilyn sur ses talons aiguilles ,"  Donnez à une fille la bonne paire de  chaussures, et elle pourra conquérir le monde ".