Pages

Nombre total de pages vues

mercredi 28 mai 2014

    Soyons honnêtes ! Le plus grand défi qu'une femme ait à relever quand elle est en couple , c'est de  le faire durer . Or la navigation conjugale ne dispose pas d'instruments d'orientation assez perfectionnés pour déjouer les écueils de la traversée . Il faut parfois naviguer à vue, et surtout se méfier des sirènes qui s'ennuient dans les profondeurs et se divertissent à noyer de désir les marins rattrapés par le démon de midi . Car le désir est la voie d'eau la plus redoutable pour le frêle esquif matrimonial . Et s'il reste par mégarde en rade , le couple va au naufrage .

    Heureusement, nous,  les femmes,  ne sommes jamais à court d'inspiration pour raviver la flamme . Nous avons toutes compris que le talon d'Achille des hommes , c'est notre corps et ses artifices . Aussi ne nous privons-nous pas d'en façonner les contours à notre gré , d'autant de façons que nous le voulons. Pour circonvenir capitons et autres imperfections, nous avons un bataillon de solutions à notre disposition . Onguents miraculeux et  potions magiques sont les dernières  inventions d'une nouvelle génération de druides savant manier alambics , pipettes , chromatographes, et autres instruments barbares .

    Mais là ne s'arrête pas notre quête du corps idéal . Pour captiver le mâle alpha , il faut souvent vendre son âme aux grands mages de la chirurgie , qui  burinent, cisèlent ou emplissent de gel  ,  seins , mollets , fessiers , cuisses , pommettes et abdomen . Le bistouri est aussi révéré que le silex lors de la découverte du secret de fabrication du feu . Il donne au chirurgien plastique la même aura que Prométhée , lui qui déroba le feu à Zeus pour en faire don  aux hommes  . À ceci près que , désormais , le feu divin est tombé entre les mains des femmes , et qu'elles l'utilisent , non plus pour réchauffer des plats , mais pour allumer des brasiers dans le cœur de leurs proies .

    Et comme si cela ne suffisait pas , elles ajoutent , depuis quelques temps , des cordes supplémentaires à leur arc , pour décocher la flèche fatale à celui qui aurait l'audace de devenir volage. Les plus sportives se métamorphosent en femmes élastiques , apprenant à se contorsionner lascivement autour d'une barre X-Pole plantée en plein  milieu de leur salon , histoire de ravir la vedette à leur rivale bavarde et son choix de chaînes à la carte . Qu'on ne s'étonne pas si les strip-teaseuses sont bientôt contraintes de faire la queue à Pôle Emploi ...

    Pour les plus exhibitionnistes et les plus endurantes , celles qui trouvent que leur salon n'est pas une scène assez éclatante pour étaler leurs exploits physiques, reste à suivre l'entrainement intensif des pom-pom girls sur les terrains de foot . C'est sûr que les figures acrobatiques des cheerleaders sont à vous couper le souffle . Alors si les stunts ( portés) , les flyers ( équilibres en l'air  sur un pied ) et les toe-touch ( grands  écarts faciaux en l'air avec toucher des orteils ), laissent votre homme de marbre ,  c'est qu'il ne vous mérite pas . Cheer up ! Un de perdu, dix de retrouvés ! Et même 11! Dans une équipe de football , on est certaine de trouver un joueur à son / ses pieds !

jeudi 22 mai 2014


   D'ici 50 ans , l'on n'aura plus besoin , comme Faust , de vendre son âme au diable pour accéder à l'immortalité . Avec les progrès des nanotechnologies , les limites de l'humain seront repoussées , et la mort sera contournée . La science terrassera donc la religion en battant en brèche l'idée d'un Dieu tout-puissant, pourvoyeur de vie comme de mort .

    Tel est le projet du courant transhumaniste , qui mise sur la création de l'homme 2.0, aux capacités physiques et cérébrales tellement démultipliées qu'elles ôteraient aux Parques le soin de couper le fil de notre destinée puisque nous échapperions à la mortalité . Toute une mythologie à refaire ...

   Certes les avancées scientifiques ont permis , au cours des décennies passées,  de pallier à des infirmités physiques congénitales ou accidentelles . La pose de prothèses articulaires internes  , ou  le recours à des exoprothèses en cas de mutilation d'un membre , ont amélioré la qualité de vie de beaucoup d'hommes . Aucune objection n'a été soulevée lors de cette adjonction de matériaux métalliques au corps humain , qu'elle soit endogène ou exogène .

    Et pourtant un grand pas à été franchi . La fusion entre le vivant et le mécanique . En bref , les premiers cyborgs ont vu le jour . Discrètement . Sans faire de bruit . Après tout il n'était question que de réparer les parties du corps humain endommagées . Qui reprocherait à un unijambiste de recouvrer sa capacité à remarcher ?

    Mais l'insatiabilité est au cœur de l'homme . Il lui fallait donc aller encore plus loin. Si l'unijambiste peut remarcher à nouveau comme un homme normal , pourquoi ce dernier ne pourrait-il courir plus vite que son ombre ? L'idée d'un "homme augmenté" à donc germé et  fleuri dans les cerveaux de chercheurs désireux de construire un surhomme capable de surpasser la créature de Dieu.

    Après tout , la science -fiction nous a familiarisés avec son panthéon de super-héros venus à la rescousse de l'humanité . Homme araignée ou homme chauve-souris , leur hybridité homme - animal ne nous a pas effrayés outre - mesure . Bien au contraire . Nous n'avons de cesse de les chérir et achetons ,pour nos enfants, panoplies de déguisement et produits dérivés à leur effigie .

    Pourquoi donc cette  subite levée de boucliers et cette diabolisation des apôtres de l'homme augmenté ?  Les nombreux pharisiens brûlent d'envie de voir périr sur le bûcher  les  transhumanistes ,  traités d'hérétiques menaçant  la survie de l'espèce humaine existante . Ils brandissent le spectre des inégalités à venir si l'avènement de l'homme nouveau se réalisait .

    Une humanité à deux vitesses ! Voilà ce qu'ils dénoncent ! À les écouter , seuls quelques "happy few" nantis pourraient s'octroyer le privilège d'implanter dans leurs cerveaux , ou de greffer sur leurs corps , des nanoélectrodes connectées à un  ordinateur qui amélioreraient leurs performances intellectuelles ou physiques . Et les body hackers? Ils en font quoi ? Quitte à bricoler , autant le faire sur son propre corps . D'ici 2050, chacun disposera d'un kit de nano-implants  personnalisé qu'il se greffera à son gré.

    Hypocrites détracteurs ! Vos yeux pétillent rien qu'à l'idée de chausser prochainement les lunettes à réalité augmentée , et vous osez clouer au pilori ceux qui se proposent d'équiper vos prunelles d'implants rétiniens pour vous doter d'un œil de lynx ? Vous criez au scandale lorsque l'on vous parle des exploits que pourra réaliser l'homme bionique , alors que vous rêvez de l'égaler en vous essoufflant vainement sur les engins de torture d'une salle de fitness? Et vos femmes ? Vous ne vous posez pas tant de questions quand elles se font implanter des prothèses mammaires pour satisfaire vos instincts primaires !

    Vivons avec notre temps ! Et laissons le choix,  à qui le désire , de réaliser ses fantasmes d'humain  "amélioré".  Et si , un jour , nous parvenons à télécharger notre esprit dans un robot-avatar , comme le propose un milliardaire russe,  pourquoi pas ! Après tout, pourquoi nous refuser à l'immortalité?   Cela voudra dire que la science fiction appartient désormais au passé,  et que le  meilleur des mondes d'Aldous Huxley n'est pas si éloigné que ça de la réalité .

dimanche 11 mai 2014



   Si , avant, le médecin jouissait d'un prestige comparable  à celui du curé de village , de nos jours il est tout aussi ignoré que lui . Une irréligion grandissante s'est développée conjointement avec une méfiance accrue envers l'institution médicale . Pour faire court, on se détourne autant d'Esculape que de Dieu .

    C'est qu'une autre divinité a fait son apparition dans le panthéon des guérisseurs du corps et de l'esprit : le thérapeute ! Finis les traitements médicamenteux foireux ! Certains dévots de la minceur  y ont même laissé leur peau , eux qui voulaient justement n'avoir plus que la peau sur les os. Paix à leur âme!  Beaucoup  se sont retrouvés les deux pieds dans la tombe sans avoir même reçu l'extrême onction. On comprend , après ça , que les médecins ne soient plus en odeur de sainteté du tout.

    Plutôt que de tenter le diable , on préfère désormais placer  sa confiance dans la thérapie qui a les bonnes grâces des médias . Autant vous dire qu'on change souvent d'avis , car les médias , comme chacun sait , encensent aujourd'hui ce qu'ils conspuent  demain .  À leur décharge , on doit dire que certaines de ces thérapies se fondent sur des théories pour le moins hérétiques .

    La thérapie quantique , par exemple , défie l'orthodoxie . Comme beaucoup d'entre nous l'ignorent , nos cellules communiquent entre elles en émettant des particules lumineuses . Dès lors , toute défaillance dans ce vaste réseau de bio photons se traduit par des troubles soit physiques soit psychiques . Au thérapeute quantique la mission de pallier ce dysfonctionnement en appliquant, sur le corps du patient, des électrodes reliées à un appareil électronique censé recadrer les ondes électromagnétiques de notre corps.

    Si cette théorie ne remporte pas votre adhésion ,  essayez plutôt la zoothérapie . Il n'y a que l'embarras du choix pour désigner quel animal soulagera vos maux psychiques . Si vous résidez sur une île , pourquoi ne pas tenter la delphinothérapie, histoire de réactiver vos souvenirs de Flipper le dauphin. En métropole , un cynothérapeute sera vivement conseillé . Les toutous sont beaucoup plus faciles à trouver et aussi  à domestiquer .

    Si vous êtes allergiques aux bêtes , allez donc consulter un hypnothérapeute . Rassurez-vous ! Il ne s'agit pas de regarder fixement un pendule et de tomber dans un état second! Le spécialiste en question se défend d'être un charlatan . Et pour le prouver , il ira jusqu'à pourfendre les champions de la  thérapie analytique , qui , il faut bien le dire , lui font encore de l'ombre .   Selon lui , seul le lobe droit du cerveau ( et non le gauche ) a droit à tous les égards . Ah bon ?

    Entre toutes ces thérapies , on ne sait plus trop bien  à quel saint se vouer. Le mieux , à mon humble avis , est de concocter une thérapie à votre  sauce . Pour ma part , je préconise une pincée de chocotherapie, trois cuillères à soupe d'héliotherapie et de thalassothérapie ( le soleil et la mer , ça ne fait jamais de mal ) , une dose non négligeable d'art thérapie ( Dieu soit loué ! Les arts sont multiples et variés ) , le tout nappé de gym thérapie . Et cerise sur le gâteau, de l'amour thérapie! Il ne me reste plus maintenant qu'à vous souhaiter un BON APPÉTIT!

jeudi 8 mai 2014


    La plus belle déclaration d'amour du septième art , on la doit à Godard , dans LE  MÉPRIS  . Une seule phrase , je devrais dire un seul vers , presque un alexandrin.  Et surtout  la déclinaison de trois adverbes , puissants et fragiles comme une hirondelle qui s'élance dans un ciel azuré , et dont l'élan se brise contre une paroi de granit . "Je t'aime totalement , tendrement , tragiquement ", dit Paul à Camille . Comme si le rythme ternaire était propre à la fatalité. Comme si le véritable amour était punissable , condamné d'avance  à cause de ce trop plein , cette hubris des sentiments .

    Aimer trop n'est plus aimer . C'est adorer . Et l'on  sait que les dieux jaloux ne peuvent souffrir que les hommes témoignent à leurs semblables ce qui leur est réservé en propre . Mais laissons-là les dieux .  Ils sont un prétexte trop futile  pour cacher une vérité immarcescible.  Disons  plutôt que le coeur de l'homme ne peut contenir que pour une durée limitée un élan amoureux illimité . À force de brûler d'amour pour l'autre  , le cœur se consume . Il se calcine plus qu'il ne se brise .


    Mais le cœur est un phénix qui renaît toujours de ses cendres . Pour se consumer à nouveau , pour un autre ou une autre . Nous sommes tous des Sisyphes qui gravissons la montagne le cœur léger pour en redescendre le cœur lourd . Faut-il s'en plaindre ? Est-il préférable d'avoir un cœur de pierre ?

    Certes non . Sans amour , on n'aurait plus goût à la vie . On ne donnerait plus la vie aussi. À quoi bon servirait-il de jouer les prolongations sur cette terre sans  personne pour nous y retenir ? À quoi bon servirait-il de prolonger une lignée sans aucune lueur d'espoir pour éclairer son avenir?

    Totalement , tendrement , tragiquement :  telle est notre devise . Même si l'on doit souffrir, ne nous épargnons pas le délice de faire provision de souvenirs .  L'amour , on a beau dire , est une île enchantée où il est doux de vivre , même si l'on sait , qu'un jour, elle sombrera comme l'Atlantide sous le poids de nos  soupirs .

mardi 6 mai 2014




   On récolte ce qu'on s'aime . Là est la secret du bonheur . Mais pourquoi donc , si l'on en connaît la recette , le bonheur s'avère-t-il inaccessible pour certains  d'entre nous ? Est-ce parce qu'ils ne savent pas séparer le bon grain de l'ivraie qu'ils ne font que de piètres moissons?

   Disons plutôt que, par une excentricité  de la nature , ils préfèrent l'ivraie au bon grain . Ainsi  certains s'aiment tellement qu' ils s'aliènent leurs semblables en réclamant d'eux une dévotion sans faille . Dressés sur leur  piédestal , ils attendent  qu'on se prosterne à leurs pieds , comme ces idoles païennes exigeant  sacrifices et offrandes .  Dans leur sillage , ne vous attendez  à trouver que des personnages qui lustrent leur plumage et se pâment à l'ouïe de leur ramage.

    Sont- ils heureux , ces dieux et déesses terrestres ? Hélas non . Pas plus que ceux qui ne s'aiment pas assez . Car il est une engeance encore pire que les idolâtres de l' ego. Je veux parler de ces adeptes de la mortification qui se répandent en lamentations depuis le jour de leur naissance . Ils ne comprennent pas que l'on puisse un jour les aimer , eux qui portent  leur cœur  en bandoulière  le long du chemin de croix de leur destinée .Chaque jour ,  leur miroir leur renvoie l' image d'un  moi honni, qu'ils  meurtrissent à l'envi, pour je-ne -sais quelle raison enfouie .

   Dans les deux cas , la récolte est bien maigre  . Qu'il s'agisse d'un ego hypertrophié ou , à l'inverse, hypotrophié, l'excès ou le manque d'amour de soi a peu de chance de faire germer l'amour chez autrui .  Les Narcisse ne jettent leur dévolu que sur un aréopage fasciné par leur illusoire majesté ; et les mordus de l'autoflagellation , sur la harde d'individus aigris  et âpres à la dépréciation d'autrui .

   Or la vénération aussi bien que la dévalorisation n'ont jamais fait le lit de l'amour . Bien au contraire . Elles ne réussissent qu'à le défaire . Qu'on ne me parle pas de l'amour vache qui oscille continûment entre ces deux extrémités.  Il ne concerne que les créatures hybrides dont l'estime de soi fluctue au gré de leur humeur . Ils vivent un enfer et font vivre un enfer à l'autre .

   Aimer quelqu'un , c'est l'aimer constamment .C'est accepter ses qualités sans pour autant les encenser , et tolérer ses défauts sans pour autant les fustiger . Mais , pour ce faire, il convient de bien s'aimer : ni trop , ni trop peu, et faire confiance à la vie . Rien ne sert de pleurer. Il faut sourire à point. Pour faire moisson du bonheur, il ne faut rien de moins qu'attendre  la bonne saison.