Pages

Nombre total de pages vues

samedi 29 mars 2014



Tout le monde n'a pas la chance de s'appeler Pygmalion . Non seulement le sculpteur virtuose est-il parvenu à façonner , de ses propres mains , la statue incarnant son idéal féminin ,  mais il a aussi eu l'immense privilège de jouir de la haute considération de Vénus , qui, une fois n'est pas coutume,  a bien voulu jouer les bonnes fées .  La déesse ne lui a-t-elle pas accordé l'insigne faveur de métamorphoser l'ivoire en chair , une fois conçue la Galatée de ses rêves  ? Quel humain n'a pas rêvé de voir un jour prendre corps la créature de ses fantasmes ...

C'est surtout au XIXe  siècle que l'on observe la résurgence du mythe dans un certain nombre d'œuvres littéraires entre  autres  .  Le ballet Coppélia , inspiré d'un conte fantastique d'Hoffmann ,  retrace l'obstination folle du Dr Coppélius à vouloir insuffler vie à une automate de sa composition . L'obsession , qui l'habite , d'extraire  l'étincelle vitale d'un humain pour la transférer à sa poupée , le conduira à mettre au point un stratagème diabolique : Appâter le jeune Frantz ,  qui se pâme d'amour pour "la fille aux yeux d'émail"  et dont il ne soupçonne pas l'inappartenance au monde humain . Désireux de lier connaissance avec Coppélia, le jeune homme s'introduit dans le logis du savant fou  et n'en  ressort vivant que grâce à  l'intervention providentielle de sa fiancée Swanilda .

Au  XXIe siècle ,  ce sont les inventeurs les plus hardis de la Silicon Valley qui ont décidé d'exaucer le vœu prioritaire de toutes les wish lists : la conception DU ou de LA partenaire idéal(e). Au fil du temps l'on s'est bien rendu compte qu'il est vain d attendre l'homme ou la femme de sa vie. Soit l'on tombe sur un corps bien fait et une cervelle mal faite , soit le contraire . Alors , on s' est fait une raison . Plutôt que de se tourner vers la religion, on a placé sa foi dans les innovations technologiques . En misant sur le numérique, on a eu tout bon !

Ainsi , la réalité virtuelle , terrain d'élection d'amateurs de sensations extrêmes , est-elle aussi devenue le giron des romantiques exacerbés ou des libertins patentés. Grâce à un casque  High Tech équipé  de capteurs  ,  il est maintenant possible de s'immerger dans le monde parallèle de notre choix . L'on n'aura plus besoin de perdre son temps sur des sites de rencontre à la recherche de l'âme sœur . Il suffira de configurer le casque du futur pour que se matérialise , sous nos yeux, le compagnon ou la compagne de nos rêves . Fini le temps des couples en crise ! Voici venir le temps des rires et des chants . Dans cette île enchantée , ce sera toujours le printemps !

Pour les messieurs plus tactiles et moins portés sur l'interaction virtuelle , l'importation des Love Dolls made in Japan demeure la meilleure option .  II  n'y a qu'à voir comment les Nippons passent du bon temps auprès de ces plantureuses poupées de silicone à taille humaine , substitut idéal pour assouvir leurs fantasmes les plus coquins .  Il faut dire que l'on peut choisir non seulement leurs mensurations , mais aussi la forme de leur visage , leurs cheveux et , bien-sûr, leur habillement . De la collégienne en socquettes à la vamp ravageuse , l'éventail est large. On est loin de la poupée gonflable qui , dans le feu de l'action, risque de vous éclater entre les mains . La Love Doll a une durée de vie illimitée , de sorte que l'on peut même la léguer à ses héritiers en cas de départ précipité vers l'au-delà .

Enfin , pour les irréductibles , ceux qui sont réfractaires aux avancées technologiques et qui n'ont pas envie de jouer à la poupée , reste le rêve . C'est le plus sûr moyen de ne jamais être déçu . À quoi bon solliciter le secours des autres quand on a , à sa disposition,  la machine la plus puissante qui soit sur terre : l'imagination . Inutile d'invoquer dieux et déesses. La divinité, c'est votre esprit. Il vous connait par coeur et saura repétrir , tel Pygmalion, le visage de l'être aimé que vous avez croisé , un soir de mai, sur le sentier de votre vie , et qui restera à jamais gravé dans votre mémoire, cathédrale du souvenir,  comme le mot Ananké jadis inscrit  dans la pierre d'une sombre tour de Notre-Dame.


mardi 25 mars 2014


En attribuant à Dibutade l'invention du dessin , la légende origine la représentation iconographique dans un acte d'amour . C'est en voulant garder présente à son esprit l'image de son bien-aimé que la jeune Corinthienne en aurait esquissé  les contours sur un mur à partir de l'ombre portée du jeune homme . C'est donc la capture graphique de l'altérité qui a été le primum mobile de l'acte inaugurant la théorie de la représentation  . Dans le cas de Dibutade , l' altérité revêtait les traits de l'être aimé . Pour d'autres artistes , qu'ils soient peintres ou sculpteurs , elle allait arborer ceux de l'être vénéré ( dieu ou déesse ), craint ( monarque ou potentat ) ou , moins glorieusement  ,  fortuné ( riche notable ).

Mais si l'altérité fut l'objet privilégié de la représentation bidimensionnelle , elle n'en fut certes pas le seul   . Que ce soit Dürer , Rembrandt ,Chardin, et plus récemment Schiele ou   Bacon  , l'artiste , en tant que sujet , s'est aussi constitué comme objet propre de la représentation . La toile s' est fait miroir , mais miroir déformant. Il n'était aucunement question ,pour eux, de se livrer à une entreprise narcissique de glorification de l'ego. En s'anamorphosant, le sujet donnait plus à voir une  intériorité  souvent torturée et grimaçante,  qu'une extériorité souvent lisse  et apaisante. Il s'agissait moins de faire preuve d'un réalisme optique que d'un réalisme psychique.

Avec l'invention de la photographie , un grand pas en avant a été fait  . Non seulement le portrait a connu une consécration indubitable , mais l'autoportrait a aussi bénéficié d' un engouement sans précédent . Le tout premier autoportrait photographique vit d ailleurs le jour en 1840, soit une année après l'invention du daguerréotype . Il s'agissait d'une mise en scène loufoque d'un certain Hippolyte Bayard , autre pionnier qui s'était distingué par l'invention d un procédé malheureusement passé sous silence , car concurrencé par celui mis au point par Daguerre. Avec un sens de l'humour consommé, l'inventeur s'était  représenté en noyé, et avait légendé son cliché de la façon suivante " Oh ! instabilité des choses humaines ! Les artistes, les savants, les journaux se sont occupés de lui depuis longtemps et aujourd'hui qu'il y a plusieurs jours qu'il est exposé à la morgue, personne ne l'a encore reconnu ni réclamé. "

Monsieur Bayard serait fortement impressionné de constater à quel point son goût pour la mise en scène  a fait d'émules parmi nos contemporains . Avec la prolifération anarchique des smartphones , nous sommes tous devenus des chevaliers Bayard de la photographie. Le selfie , version moderne de l'autoportrait que l'on met en ligne sur les réseaux sociaux , se décline sous les formes les plus insolites . Censé , à ses débuts , représenter le visage du photographe en herbe tenant son  smartphone à bout de bras, le selfie  a , depuis , pris pour cible de choix des parcelles de l'anatomie jusqu'alors réservées à l'intimité .  La duckface grotesque ( bouche en cul de poule , pour ceux qui ne comprendraient pas ) s'est vu supplanter par des parties du corps jusque-là frappées de tabou . Ainsi le legsie ( photographie des jambes )  a dû battre en retraite devant le belfie ( photographie du postérieur ) . Certain(e)s vont même jusqu'à combiner legsie et belfie dans des mises en scène sportives très sophistiquées . Sans commentaire ...

On peut s'attendre au pire pour les mois à venir . Ne nous étonnons plus si l'industrie pornographique connaît un rapide déclin . La mise en ligne de selfies suggestifs  gratuits  ne peut que lui porter ombrage . Avec le selfie , tous les verrous sautent . On se croit tout permis . Sur des réseaux sociaux, on montre tout , n'importe où et à n'importe qui . On assiste au sacre de la femme décomplexée et exhibitionniste, à moins que ce ne soit plutôt celui de la femme décérébrée et  désillusionnée . Au fond , le selfie , n'est il pas un moyen comme un autre de tenter  de se rassurer et de reconquérir le sentiment d'exister au sein d une humanité désespérée ?

mercredi 19 mars 2014



Trouver "chaussure" à son pied n'est pas chose aisée et relève parfois du parcours du combattant . Il nous arrive souvent de piétiner sur place , voire même de trépigner . Car ce n'est pas tout de trouver la bonne pointure . Il faut aussi que "la chaussure" soit à notre goût .  Pour couvrir la distance entre ce qui " nous va " et ce qui " nous va bien ", il est parfois nécessaire de chausser des bottes de sept lieues . Car ce qui correspond à nos mensurations socio-economico-culturelles n'est pas toujours ce qui répond à nos aspirations psychiques les plus profondes . Plus que dans tout autre domaine, notre subjectivité entre en ligne de compte.

  Peu d'entre nous semblent avoir conscience que c'est le regard que nous portons sur la vie qui  préside au choix de notre partenaire . Pour certaines, il importe, avant tout, de trouver  un  compagnon qui tienne la route , car elles pressentent que le chemin à parcourir sera une trajectoire longue et sinueuse . En préférant de prosaïques  godillots à de vertigineux stilettos , elles privilégient la sécurité aux dépens du risque , les randonnées paisibles aux expéditions à rebondissements .

 Pour d'autres, le primat est accordé à l'originalité , indissociable d'un certain esprit de liberté .Ce sont les aventurières , celles qui n'ont pas peur des traversées en haute mer . Ce n'est pas un compagnon qu'elles veulent prendre au lasso pour le regarder trottiner dans leur pré carré , mais un flibustier pilleur de cœurs qui leur fera respirer à pleins poumons l'air du grand large, et leur fera découvrir des terres inexplorées.

La troisième catégorie regroupe celles qui préfèrent marcher pieds nus . Elles ont testé godillots ou stilettos par le passé. La randonnée leur a donné de la corne au pied , et les traversées en mer , la nausée . Alors elles préfèrent s'en passer et emprunter des sentiers balisés , pour éviter de se blesser,  et voir la vie du bon côté . Qui pourrait les en blâmer ?  Vouloir être solitaire , n'est ce pas faire preuve de caractère ?

D'ailleurs , un jour ou l'autre , les accros du godillot ,comme les pros du stiletto, en viennent à la même conclusion : il y a quelque chose de pourri au royaume des damnées marques. Les hommes passent si souvent de mode.  Alors elles se tournent vers un modèle d'un tout autre genre  : la pantoufle . Pas celle de vair. Pour croire à Cendrillon et à la métamorphose d'un potiron, il faudrait vraiment ne plus tourner rond. Ce qu'elles reluquent avec envie , c'est ce modèle intemporel , indémodable et inusable : la charentaise !

Ce chausson de pure laine, pur produit du Grand Siècle,  est l'embarcation favorite des femmes du vieux monde , qui ne la quitteront plus que pour  prendre place sur la barque de Charon, pour leur ultime voyage vers un nouveau monde . Finis les godillots patauds  pour courir après les pèquenots! Exit les stilettos des catwalk pour faire du pied aux machos ! Après ça , on ne pourra plus dire, comme Forrest Gump , que " La vie, c'est comme  une boite de chocolats. On ne sait jamais sur quoi on va tomber." Non. Vous l'aurez compris, la vie , ce n'est pas UNE, mais DES boites de chaussures. On ne sait jamais  sur quoi on va tomber. Alors , le mieux , c'est de les retirer . Pour éviter de se faire mal aux pieds.

dimanche 16 mars 2014


De tous les maux dont la nature accable le beau sexe , la pilosité est le plus honni . On lui livre une guerre sans merci.  Rasoir , crème dépilatoire ,  cire ou laser , tous les moyens sont mis en œuvre  pour l'éradiquer.  Aucune zone de l'épiderme n'est épargnée , de la plus cachée à la plus  exposée . Le poil est pourchassé et l'on ne fait pas de quartier!

Même certains représentants du sexe opposé ont été acquis à la cause . Ils ont compris que pilosité ne rimait  pas forcément avec virilité .  Et l'on ne va pas s'en plaindre . Il est certes plus plaisant de voir trottiner , sur un tapis de course , un athlète à la peau  huilée , qu'un bonobo cloné  . Entre l'homme de Vitruve et l'homme des cavernes ,  il n' y a pas à hésiter .

Sauf qu'une nouvelle peuplade a décidé de prendre le contrepied et de crier haro sur la peau glabre .   Les apôtres du corps lisse se sont donc  vus concurrencer par les chantres du "tout poil".  Ces übersexuels ont fait du port de la barbe leur cheval de bataille . Certains dépensent des sommes colossales pour des implants pileux , rendant le commerce du poil plus que florissant .

La bonne nouvelle , c'est que cette manie naissante a engendré un tourisme d'un tout autre genre . Des cliniques à bas prix appâtent les dignes descendants des muscadins thermidoriens. Le tout est de ne pas se tromper de  destination. En Turquie , c'est l'implant de la moustache qui fait rage. Fine ou bien fournie, il ne faut pas se tromper , car elle en dit long sur l'appartenance politique de celui qui l'arbore . Au Maroc, ce sont les greffes capillaires qui sont à l'honneur. Il n'est plus rare , à Marrakech , de rencontrer des colonies de crânes chauves aux abords de la  place Jemaa-el-Fna.

Fort heureusement,   nous , les femmes , ne sommes  pas affligées de ce dernier fléau . Du coup , cela permet aux pseudo célébrités  de se démarquer de leurs congénères d'une façon moins conventionnelle . Elles n'ont qu à se raser la tête. À défaut d'être beau , le geste attire les badauds et charme les beaufs. Une autre astuce pour alimenter les ragots est de s'orner la face de sourcils à la Frida Kahlo . Histoire de faire plus bobo.

Comme quoi , poils ou cheveux peuvent parfois  servir les différents intérêts des bienheureux  de ce monde . Instrument de séduction ou de rébellion, la pilosité  est tour à tour courtisée ou vouée aux gémonies . Après les Métro sexuels , dont la trichotillomanie n'est plus à prouver  , voici la génération spontanée des  übersexuels  . À cette allure , Je crains que le bonobo , que je décriais tant , ne bénéficie bientôt d'un retour en grâce . Après tout, ne dit-on pas que l'homme descend du singe?

mercredi 12 mars 2014





Inconstance , quand tu nous tiens ! Que l'on soit femme ou homme ,  nous sommes tous , à des degrés divers ,  tentés par le démon du changement . Et à vrai dire , qui peut nous en blâmer ? La mutabilité est inscrite dans nos gènes . Ne serait-ce que biologiquement . Notre corps se transforme , bon gré mal gré , au fil de notre vie . Les avancées de la science nous permettent même , maintenant , de le modifier  au gré de nos envies.

Prenons l'exemple des femmes .Il leur suffit d'un coup de scalpel  pour que les hypotrophies mammaires soient converties en hypertrophies . Idem pour les postérieurs . Quitte à ressembler à Vénus , autant ressembler à une Vénus  callipyge. Certes la tâche est moins aisée si l'on veut rivaliser avec Minerve . Curieusement , les chirurgiens n'ont jamais cherché  à mettre au point d'  implants neuronaux . On les comprend . Imaginez la tête des hommes si des hordes de femmes pourvues d'un  QI hors-norme , en plus de seins énormes , déferlaient dans leur vie. Ils en perdraient la tête .

Parlons-en, de la tête . De toutes les parties du corps , c'est celle qui nous donne le plus de fil à retordre . Faire la tête , se prendre la tête , avoir la grosse tête  , tout est bon pour l'invoquer , moins pour le meilleur que pour le pire . Alors il est compréhensible qu'on veuille en changer , de tête . Façon de parler , car , quoi qu 'on fasse , elle reste bien sur nos épaules , et ce n'est pas plus mal. La décollation , certaines l'ont testée en des temps troublés ; bien malgré elles . Elles n'en sont jamais revenues ...

Le changement auquel je fais référence ici ne s'opère qu'aux mains de spécialistes . Leur outil n'est pas un couperet  , mais une paire de ciseaux . Et leur matériau , la fibre capillaire . Quand rien ne va plus dans notre vie, c'est bien connu,  nous en imputons  la cause à notre chevelure. Normal qu'on n'ait plus envie de sourire et qu'on fasse la tête à tout le monde. Il n'y a qu'à voir notre tête. Même notre miroir se lasse de nous renvoyer la même image. Alors on opte pour la solution de la dernière chance. On se dit que contrairement à Samson, notre force ne nous vient pas de la longueur mais de la coupe de nos cheveux. Alors on coupe, on ratiboise, on tond , pour les plus audacieuses. Et on se sent mieux. On sourit à nouveau à la vie.

Mais on se rend vite compte que le mal est plus profond, et que changer de coiffure  n'est qu'un pis aller . Alors on fait des coupes plus claires . On se dit qu'on a qu'une vie et qu'on aurait tort de la gaspiller avec des gens qui n'en valent pas la peine. Alors on coupe les ponts avec certains, pour en établir avec d'autres. Puis on change d'alimentation , parfois d'habitation. Pour les plus téméraires, on change de profession . Et puis on se rend compte que ça ne va toujours pas comme on veut . Alors on se tourne vers la méditation . Si ça ne suffit pas , on change de religion. Mais au bout du compte  , rien n'a changé . La terre ne s'arrête pas de tourner , et nous , on a la tête qui tourne .

Alors on ne se prend plus la tête . On finit par se poser , et cesser de se poser des questions . On devient philosophe . Changer pour qui ? Changer pour quoi ? On comprend,  qu' après tout , il y a toujours une Minerve qui sommeille en nous .Au diable les implants !On comprend que la vie se charge elle-même de nous changer sans qu'on ait besoin de faire quoi que ce soit pour cela . Et on se met à attendre . On ne sait pas vraiment qui . On ne sait pas vraiment quoi . Mais on est sûr d une chose , c'est qu'à un moment ou à un autre , on le vivra, ce grand changement. Et  comme le plongeur de  Paestum , on fera le grand saut pour  entrer dans un monde gouverné par l'immutabilité  et le silence .

dimanche 9 mars 2014


"O rage ! O désespoir ! O vieillesse ennemie ! ", c'est le refrain que, toutes, nous entonnons quand notre miroir , jusque-là allié fidèle dans notre combat contre les dissonances esthétiques , passe subitement dans le camp adverse . De ce jour-là, nous nous en souvenons toutes . Et notre consternation est aussi grande que celle ressentie par la méchante reine quand elle apprend que Blanche-Neige est plus belle qu'elle . Que le héraut de notre beauté ose nous trahir  et nous renvoyer le reflet de l'aube de notre décrépitude, cela ne s'oublie pas . La première ride ! Autant dire que notre ego subit un choc sismique . La vieillesse grimaçante, traîtresse parmi les traîtresses , se serait donc invitée à la table des réjouissances  pour nous narguer ouvertement ? Qu'à cela ne tienne! Il en faut plus pour nous abattre .

Le premier réflexe est de partager son émoi avec d'autres que soi , en espérant être consolée et conseillée par la bonne copine , celle qui fait toujours semblant de compatir à nos histoires de cœur et qui nous rappelle , avec raison, que les hommes ne savent pas ce qu'ils perdent quand ils vont voir ailleurs . Seulement , voilà... Un homme de perdu , c'est beaucoup moins important qu'une ride apparue . Et puis, la bonne copine, on ne sait pas si elle va tenir sa langue . Et un problème aussi grave que la dégénérescence cutanée , cela ne s'aborde pas à la légère . Alors on préfère garder le secret pour soi. On se palpe le visage , on scrute la moindre parcelle de l'épiderme en essayant de débusquer un dégât collatéral. Et on  fulmine contre cette ride intempestive qui nous fait soudainement perdre le sommeil et nous poser des questions existentielles . Quelle est cette ride ? D'où vient cette ride ? Où va cette ride ?


Dès lors commence notre quête fébrile du remède miracle pour piéger la hideuse ennemie. Magazines féminins , émissions télévisuelles , publications électroniques , tout y passe . La traque à l'élixir de jouvence ne fait que commencer . Les conseillères beauté se parent soudain  d'une aura inégalable . On boit leurs paroles comme on sirote un nectar. Avec délectation. Elles susurrent à notre oreille les bienfaits d'un produit censé réhydrater , nourrir, redensifier , repulper et raffermir notre peau malmenée par le temps . On s'étonne qu'elles n'aient besoin que d'un simple regard pour diagnostiquer nos carences cutanées et délivrer un diagnostic aussi pointu . Mais on leur fait confiance. Elles sont notre seule planche de salut.

 On découvre aussi un jargon inconnu , une évocation traumatisante des périls à venir qui nous fait frémir et blêmir . Ne voilà t' il pas que plane sur nous la menace des pattes d'oie et de la ride du lion ? Pourquoi , diantre , fallait-il que Le roi des animaux soit associé à notre déclin ? Passe encore le palmipède , qui , soit dit en passant , se venge comme il peut du gavage que lui font subir certains éleveurs , mais que le majestueux mammifère à la crinière opulente ricane à nos dépens , c'en est trop! Que dire des expressions imagées de la "vallée des larmes " ou des " plis d'amertume"! Elles parlent d'elles-mêmes . Quant au " sillon nasogénien " , laissez- moi vous dire qu'il mériterait une autre dénomination . Notre peau si délicate , labourée comme un champ de betteraves ? Un peu de poésie , de grâce ! Comment voulez- vous , après cela , que la vieillesse soit accueillie à bras ouverts!

 On dit qu'elle rime avec sagesse , mais cela est loin d'être le cas pour tout le monde . Il n'y a qu'à observer le comportement de certaines de nos congénères , qui accordent , à tort ou à raison  , peu de crédit au discours sirupeux des pourvoyeuses de crèmes et onguents miraculeux . Quitte à ressembler à un animal, elles préfèrent  opter pour les souris de laboratoire , et se laisser piquer et inciser par les mains de praticiens âpres au gain . Elles n'ont peur de rien . Sauf de la ride . Pour s en débarrasser , elles sont prêtes à déshériter leurs rejetons . Même celles qui ont un pied dans la tombe en usent et en abusent . Peut-être espèrent-elles retarder leur dernière heure  en faisant croire au Tout-Puissant qu'elles sont moins mûres qu'il n'y paraît ?

Dieu me préserve d'appartenir à cette catégorie-là. D'abord parce que j'aime trop ma fille pour la déshériter , ensuite parce que jouer avec l'acide hyaluronique ou botulique ne me tente  guère . Quant au bistouri , je  suis décidément trop douillette .  Alors je préfère observer l'écoulement des saisons , écrire des billets doux à l'élu de mon cœur , et me souvenir que mon miroir reflète moins la beauté de mon visage que celle de mon âme . Je serai ainsi sûre qu'au jour de mon trépas , les anges m'accueilleront à  bras ouverts , avec ou sans rides .

jeudi 6 mars 2014

Ah! Si l'on devait réécrire les contes des mille et une nuits , Ali Baba serait bien en peine de pénétrer dans la fameuse grotte des quarante voleurs . Ces derniers auraient pris soin d'en protéger l'accès par une formule magique bien plus cryptique que la sempiternelle " Sésame , ouvre toi !". Ne serait-ce que parce que le nom de cette graine est dans toutes les bouches depuis la découverte de ses vertus multiples , et qu'elle est accommodée à toutes les sauces dans les recettes de cuisine diététique...Pour faire main basse sur les trésors de la caverne miraculeuse , il faudrait donc se lever tôt et ne pas avoir peur de se coucher tard car , à moins de posséder des dons divinatoires , la détermination de la combinaison secrète relèverait du domaine de l'impossible .

Pas besoin d'aller en Perse , d'ailleurs , pour prendre la mesure  de la subtile sophistication que l'élaboration d'un mot de passe requiert . Comme si nous n'en avions pas assez de mémoriser le code de notre carte bancaire , ou celui , non moins vital, du portail de notre immeuble, notre mémoire est mise à contribution pour assimiler de nouveaux mots de passe chaque fois que l'envie nous en prend de naviguer sur la Toile . Et, bien évidemment,  la sobriété n'a pas droit de cité . Il faut faire preuve d'inventivité et surtout persévérer afin que le password créé soit finalement agréé par le haut conseil de sécurité , sous peine de devoir recommencer . Que l'on soit membre d'un réseau social , client d'un e-commerce , participant d'un jeu en ligne ou d'un forum, il nous faut sans cesse montrer patte blanche sous peine d' être privé du droit d'entrée dans la vaste communauté virtuelle. Et à chaque site visité correspond un identifiant assorti d'un mot de passe bien particulier . Autant dire qu'une faille de notre mémoire peut nous être fatale .

Heureusement, pour nous éviter certains affres et récupérer le fameux sésame, notre adresse électronique nous offre un refuge imparable . Grâce à elle , nous pouvons nous autoriser certains oublis . Elle est un peu le Shazam de Captain Marvel: comme pour le super-héros, elle nous dote de pouvoirs prodigieux , mais il arrive malheureusement que nous n'en ayons pas toujours la maîtrise . Les portes qu'elle nous ouvre ont parfois bien du mal à se refermer .  Et on a beau invoquer le  Génie de la lampe d'Aladin , rien ne parvient à  endiguer le flot incessant de courrier indésirable qui inonde notre messagerie . Quoi qu'il en soit, sans son précieux secours , nous serions bien obligés de battre en retraite , car elle tient le rôle de sentinelle dans la forteresse de mots de passe qui assurent la sécurité de nos pérégrinations virtuelles.

Sécurité, enfin , si l'on veut... Car mot de passe ou pas , certains bandits n'y vont pas par quatre chemins : ils se font un plaisir d' entrer par effraction dans notre caverne d'Ali Baba , soit pour y dévaliser notre compte en banque , soit pour y espionner notre intimité . Vol ou viol , le crime demeure trop souvent impuni , d'autant que les brigands agissent toujours  à distance et sans éveiller la moindre méfiance . De vrais prestidigitateurs ! Ni chapeau ni lapin. Abracadabra! il leur suffit d'un clic de souris  pour que tous nos avoirs se volatilisent  sans laisser aucune trace .

Comme quoi les mots de passe , ça ne résiste pas aux tours de passe passe . Alors à quoi bon passer son temps à en changer constamment ? D'autant qu'au sein de la compagnie des caractères alphanumériques , il y a de quoi faire . Surtout depuis que les majuscules viennent d'entrer dans la danse et font un pied de nez aux minuscules qui, auparavant, menaient la ronde . Le pire est à craindre . Faisons un signe de croix en espérant que les diacritiques souscrits et suscrits soient proscrits de cette cavalcade infernale . Quant à la ponctuation, si elle s'y met aussi , nous voilà bons pour Charenton ! Il ne nous restera plus qu'à nous empiffrer  de graines de sésame pour fortifier notre mémoire et à crier "Ô Shazam, Ô désespoir" ...