Pages

Nombre total de pages vues

mardi 8 octobre 2013

    Depuis qu'internet a fait son entrée triomphale dans notre vie , elle en est transformée . On en a même le souffle coupé. La preuve : on en  perd l'usage de la parole . Pourquoi  ouvrir la bouche alors que quelques clics suffisent à délier la  langue de votre contact "chat"? Il est de fait que l'on confie aux ondes silencieuses le soin de véhiculer notre pensée , tout comme  nos émotions , aussi variées soient-elles. Le bénéfice retiré est non négligeable.  Plus besoin de faire monter les décibels quand vous décidez d'entrer dans une colère noire . Il suffit d'enclencher une touche de votre clavier pour que les majuscules apparaissent et enrobent votre discours d'une couche de vitriol . Quant aux noms d'oiseaux dont on accablait  nos adversaires , ils se sont volatilisés au profit de sigles au contenu hermétique pour les non-initiés . A ce titre , remarquons que la langue de Shakespeare est plus féconde en la matière que celle de  Molière  .  Entre WTF, WAFDA, WAFL, GTFH et GTFO, on a que l'embarras du choix . Ce qui donne à réfléchir sur le flegme légendaire attribué aux citoyens britanniques . Si ,  auparavant, l'expression  " as cool as a cucumber" les caractérisait , de nos jours l'on devrait plutôt dire " as crude as a cucumber ", tellement la verdeur de leurs apostrophes  prête à rougir .

   Internet c'est aussi le royaume du voyage immobile . A quoi bon subir les heures d'attente dans les aéroports et sur les quais de gare quand il est si aisé de faire le tour du monde en 80 secondes , allongé sur son canapé, avec pour tout bagage une tablette aussi légère qu'une plume! La téléportation n'est plus une chimère . Grâce aux webcams implantées dans tous les coins du globe , on peut se prélasser sous les cocotiers à Tahiti , ouvrir une autre fenêtre pour humer l'air marin d'un fjord finlandais ou  admirer le battement des ailes des colibris dans la forêt amazonienne . A nous le don d'ubiquité ! Quant aux tâches plus prosaïques telles que faire les courses alimentaires  ou contacter le service client d'une quelconque société , la "toile " s'en charge aussi .Et il en est mieux ainsi . Car la patience a ses limites , et les délais d attente sur les lignes téléphoniques atteignent trop souvent un seuil d intolérance maximal de nos jours .

   Première conséquence : Le téléphone devient obsolète . Cela fait déjà belle lurette que le "fixe" familial a disparu de nos salons citadins, détrôné par le portable au design plus évolué. Fini le temps du téléphone unique . À chacun son mobile . Mais c'est surtout l'intronisation du smartphone dans nos sociétés qui a opéré une véritable révolution .  Les fabricants de ces appareils ne s'y sont pas trompé . On  utilise plus leurs fonctionnalités électroniques que téléphoniques . La taille grandissante des écrans parle d'elle même, car c est notre index qui est sollicité en l'occurrence et non plus notre organe vocal . Le SMS est roi , avec son langage codé , et le courrier électronique est son dauphin.

    Mais c'est surtout La prolifération des "applications" à visée éducative ou ludique qui a permis le sacre du World Wide Web , unissant la race humaine dans une même frénésie d'hédonisme . Car , ne le nions pas , Internet est bien plus qu'un outil purement professionnel . S'il a réussi à prendre racine dans nos foyers au risque d'en compromettre souvent l'équilibre , c'est qu'il favorise la satisfaction immédiate de nos moindres désirs . Que ce soit Youtube (ou son frère adultérin Youporn) , qu'il s'agisse de Facebook , Twitter , Tumblr ou Pinterest, tous ces réseaux sociaux fournissent à l'internaute lambda les moyens d'assouvir ses fantasmes de grandeur en se forgeant un monde parallèle où la vie serait meilleure. Un monde où il a  l'impression de côtoyer les grands de ce monde par le simple fait de leur envoyer des tweets , un monde où il  se crée sa propre maison virtuelle , sa garde-robe virtuelle , sa voiture virtuelle , ses amis virtuels , et jusqu'à son amoureux/euse virtuel , à qui il envoie des images gifs, des émoticons et des selfies pour le/la séduire .

     Car l'amour aussi veut tirer son épingle de ce jeu planétaire . Mais un amour pas comme les autres .  Au "fast love" des décennies antérieures , on préfère le "safe love". On ne veut plus souffrir . Alors on tapote l'écran de sa tablette comme on caresserait le dos de son amant , on lui écrit des mots tendres , et surtout , l'on repousse à jamais le moment de le rencontrer . Car l'on sait que rien ne dure  en ce bas-monde , que les sentiments se fanent comme la jeunesse au contact du temps , et qu'il vaut mieux vivre dans ses rêves et se bercer de chimères plutôt que de saisir la vie à bras-le-corps .  Ainsi le Web porte bien son nom . Il est la toile d'araignée qui prend au piège l'animal social que nous sommes pour le métamorphoser en  solipsiste niant la réalité du monde au profit de sa propre réalité subjective . Internet , ce n est rien de moins que le triomphe de l'ego , en somme ...


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire