Pages

Nombre total de pages vues

dimanche 1 septembre 2013

Je ne sais pas vous , mais , pour ma part , je voue une admiration sans borne aux détentrices de micro sacs à main . Rien à faire ! Il faut toujours que je jette mon dévolu sur les modèles XXL . A y bien réfléchir , je dois rendre un hommage inconscient à l'inégalable nounou qui a bercé mon enfance , la bien-nommée Mary Poppins . Les déménagements en coup de vent , c'est sa spécialité ! Elle a tout compris , la nanny anglaise. La vraie pionnière en matière d'environnement , c'est elle ! Adieu le papier cartonné pour emballer ! Il lui suffit d'un gros sac en tapisserie , même pas en cuir ! Une végétalienne avant l'heure , cette Mary.

Bref , les sacs à géométrie variable , ça me connait . Et bien souvent l'idée me traverse l'esprit de louer les services d'un escort boy musclé pour me soulager de ma maisonnette à deux anses . Car , vous l'aurez deviné, mon sac n'est pas un simple kit de survie , ni un vulgaire baise-en-ville . Avant d'être la preuve tangible de mon existence sur terre , il est la symbolisation quintessentielle de mon essence féminine .

Tout d'abord la trousse à maquillage. Vu ses dimensions, le terme de valisette lui convient mieux . Et pour cause! On y trouve plus qu'un poudrier ou qu'un bâton de rouge à lèvres, simples munitions d'un soldat en permission. C'est tout un arsenal qu'elle comporte. Quand on va à la guerre, mieux vaut être armée jusqu'aux dents , et pour le coup, le dentifrice et son indéfectible compagne sont présents à l'appel. Au cas où un Prince Charmant pointerait le bout de son nez. Mieux vaut lui éviter d'avoir à le pincer, si une halitose a décidé d'assiéger notre palais...


L'anti-cernes occupe aussi la ligne de front pour tenir en échec l'ennemie numéro un de la femme : l'insomnie . Il remplit aussi son office quand une boursouflure intempestive élit domicile sur notre menton .


Le vernis n'est pas en reste . Il faut être digne jusqu'au bout des ongles , surtout si l'on a besoin de s'en servir pour défigurer le Prince pas si charmant que ça ,avant de lui lancer un regard aussi noir que le mascara qui l'habille.

Mon sac, c'est aussi le sanctuaire de la haute technologie. Entre mon iPhone coqué de strass et mon mini iPad , je navigue en terrain Apple. Après tout, je suis, comme vous toutes, la descendante d'Ève ! Et Quiconque oserait me traiter de bonne poire se verrait gratifié d'une gifle sur sa pomme . Je sais , cela ne convient pas à une dame de mon rang . Qu'à cela ne tienne! j'extirperai des entrailles de mon sac l'un de mes gants Opéra et le jetterai à terre, en signe de mécontentement. Les duels, de nos jours, se font avec les mots, donc point d'effusion de sang à craindre. Au pire mon adversaire n'aura qu'à essuyer quelques larmes , que mes Kleenex double épaisseur se chargeront de recueillir.


Mais j'oublie l'essentiel ! Les clés de mon royaume , et plus encore, le porte-clés qui les rassemble! Car il a quand même fait des milliers de kilomètres avant d'atterrir dans la poche qui lui sert d écrin . Il n'est pas commun , ce porte-clé! Normal! il est léonin . C'est le pays du soleil Levant qui l'a vu naître . Pas étonnant, donc, qu'il scintille de mille feux . Le roi des animaux porte une couronne diamantée et ses yeux sont de rubis ...synthétique, il va sans dire. Je rugis de plaisir chaque fois que je l'entends tintinnabuler . Car il est le signe que mon "sweet home " n'est jamais loin . Et je crois bien que si Mary Poppins avait l'idée de venir me rendre visite, elle ne passerait pas par la cheminée , non. Elle sonnerait à ma porte rien que pour entendre le cliquetis du roi lion , et ferait main basse sur tous mes sacs , car , on a beau dire, le nec plus ultra en ce monde, c'est bien d'avoir plus d'un tour dans ses sacs .



2 commentaires:

  1. Cette chronique m'a enfin ouvert les voies du contenu du sacs de femmes. Et le tout dans un savant mélange de sérieux et d'humour. Un vrai régal!

    RépondreSupprimer