Pages

Nombre total de pages vues

lundi 30 décembre 2013

Si La notion de partage a toujours été une valeur sacrosainte dans l'éthique prônée par la religion  , il est à remarquer qu'elle a pris une ampleur grandissante dans notre société actuelle. Certes cette tendance est louable . Au diable l'égoïsme ! Il est bon de se souvenir que nous ne sommes pas seuls sur cette terre qui , si elle se réchauffe en vertu d'un dérèglement climatique , n'en demeure pas moins glaciale tant les liens entre les individus se teintent de frilosité et surtout d'indifférence . 

Tendre sa main à l'autre  semble être devenu une priorité . La morosité économique nous engage d 'ailleurs à le faire . Les bas de laine sont vides .Le temps béni de l'abondance est révolu . Les vaches sont bien maigres et le bonheur n'est plus dans le pré . Rien d'étonnant à ce que  la solidarité voie sa côte de popularité augmenter . Les organisations caritatives fleurissent sur le terrain stérile de la privation . Au lieu de gaspiller notre  temps comme avant , on le partage . Idem pour notre argent . Les collectes de fonds pour les causes les plus farfelues germent de toute part . 

Mais à trop partager son temps et son argent , on finit par se retrouver sans plus rien à partager . Enfin, pas tout-à-fait . Il nous reste  à partager notre amertume avec notre prochain . Mais bon , il ne faut pas trop lui en demander , à son  prochain . Il veut bien vous prêter une oreille compatissante  de temps à autre , mais il n'apprécie guère qu'on le prenne pour le curé de la paroisse .  Il faut le comprendre . Il a d'autres chats à fouetter . À la rigueur il veut bien partager avec vous son expérience de la vie , mais de là à partager sa vie avec vous , ça non . Il a déjà fort à faire chez lui . 

Car , soyons francs , l'un des privilèges  de la vie en couple , ce n est pas seulement de partager sa couche et les joies ineffables que l'on peut en tirer , mais c 'est aussi de partager ses tracas . Et il faut dire qu'ils sont légion. Car c'est un fait que nous menons de front plusieurs vies : vie professionnelle , vie familiale , vie mondaine , vie culturelle, vie émotionnelle, double vie même , pour les plus lâches de ce monde. Et moins  notre vie est pauvre, plus elle est riche en tension et plus elle exige de l'autre une écoute religieuse et le sacrifice de sa sérénité. 

Ne vous étonnez donc pas que l'on vous fuie! Vous pouvez tout partager de votre vie , mais , de grâce ,  évitez de semer  votre rancœur ou vos peines de cœur dans le  jardin de votre voisin . Vous ne récolterez que des fleurs vénéneuses ou des fruits défendus . Plutôt que de cultiver la pomme de la discorde , croquez la pomme de la connaissance , et surtout celle de la connaissance de soi. Si vous ne savez pas quoi faire aux prochaines vacances , allez à Delphes visiter le temple d'Apollon. Et n'oubliez pas ce qui était inscrit sur son  fronton ! Vous y gagnerez en sagesse .



vendredi 27 décembre 2013

La cuisine , cela n'a jamais été ma tasse de thé . Voyez- vous , je veux bien consacrer  du temps à dresser une table pour recevoir dignement des hôtes de marque , mais je ne dérogerai par contre jamais  à mes habitudes de non-ingérence dans le domaine culinaire . C'est que je serais bien capable d'affoler les palais en voulant jouer aux apprenties sorcières . Étant de nature encline à l'expérimentation , je me verrais bien proposer des mixtures offensant le goût tout autant que le bon goût .

Or rien de plus fatal , pour une réputation , que de la ternir par un excès d'excentricités gustatives . Nos entrailles sont sacrées , c'est d'ailleurs pour cela qu'elles étaient choisies , dans l'antiquité , par les haruspices , pour exercer leurs talents divinatoires . Il n ´est donc guère bienséant  de les incommoder par des flatulences intempestives ou de leur infliger des contractions douloureuses ayant pour résultante le retranchement inopiné d'un convive dans le cabinet d'aisance...

C'est sans doute pour éviter de pareils désagréments que bon nombre d'émissions télévisuelles mettent les petits plats dans les grands plats en proposant aux téléphages des cours de cuisine des plus raffinés . L'on nous donne à admirer le savoir-faire d'un chef étoilé maniant avec brio aussi bien les ustensiles que les ingrédients les plus rares . Force est de constater que la poésie n est plus l'apanage des amoureux transis en mal de chair. Elle a aussi investi le champ des amoureux de la bonne chère . L'on se pâme rien qu'à l'évocation d'aumônières ou de ballotines de crêpe . Que dire de la subtile transsubstantiation que laisse supposer une "île flottante revisitée  façon forêt noire " . Les voies du Seigneur sont impénétrables ...


Mais là où la mayonnaise ne prend pas , dans mon cas ,  c'est quand de piètres  candidats à l'excellence , embrigadés volontairement dans un concours culinaire , suent sang et eau pour obtenir l'approbation d'un aréopage de gastronomes réputés . Il n'y a pas à dire , j'ai l'estomac qui se noue rien que de lire,  sur le visage de ces pauvres bougres , sommés de réaliser en un temps record les mets les plus délicats , les crispations induites par l'angoisse . Sans parler de la sentence des juges qui s'ensuit et qui achève de plonger certains d entre eux dans une dépression instantanée ...

Non , vraiment , je ne regrette pas de laisser à d'autres les plaisirs de l'épluchage , découpage , éminçage,  tourage ,  dégazage , et que sais-je encore ! Et la cuisson, parlons-en de la cuisson! Trop cuire ou pas assez cuire , telle est la question. Il suffit de quelques minutes pour que vous passiez de cordon bleu à cordon noir , après quoi il ne vous reste plus qu à l'utiliser pour vous en faire un nœud coulant et  échapper au sourire figé des apôtres du goût réunis à votre table . De toute façon, n' ayez aucune crainte ! L'un d'entre eux vous trahira . Ne le prenez pas mal. Il vous rendra service.  Finie la corvée des fourneaux ! On prétextera une indisposition passagère ou une indisponibilité soudaine à votre prochaine invitation . Et c'est tant mieux , car , je vous le garantis , pour qui fait profession de gourmandise, rien de tel pour savourer la vie que de se mettre les pieds sous la table ...





mardi 24 décembre 2013


L'hiver est la seule saison qui , selon moi , possède deux visages bien distincts. L'un lumineux  , l'autre ténébreux. Si le solstice d'hiver est le héraut de sa naissance sur le calendrier grégorien , il reste qu'il a déjà fait son entrée dans nos pensées dès le mois de Novembre . La Toussaint en symbolise un peu le seuil. Une fois que l'on tourne le dos à la fête des défunts  , l'on appelle de nos vœux la célébration d'une naissance , celle du fils de Dieu. Comme pour mieux conjurer la mort , notre esprit se charge vite d'oublier les tombes qui viennent d'être fleuries  pour caresser l'image du berceau du Messie . Et ce cheminement progressif de la mort vers la vie s'accompagne symboliquement d'une avancée vers la lumière .

Il est vrai que la Fée Électricité est à l'honneur lors de l'approche de Noël . La Tour Eiffel n'est plus la seule à ruisseler de diamants  toutes les heures . De nombreuses façades, des arbres ainsi que des colonnades sont revêtus , pour l'occasion, d'un habit scintillant. C'est comme si l'on s'évertuait à repousser les ténèbres qui étendent  leur empire sur les journées dont la durée s'amenuise . C'est donc à un festin de lumière que l'on est convié . Le doré et l'argenté , si décriés le reste de l'année , retrouvent  grâce auprès des créateurs . Les paillettes et les strass aussi. Les yeux clignotants des guirlandes sont comme un appel à la réjouissance . Boules miroitantes,  clochettes tintinnabulantes  , effigies de pères Noël hilares et ventrus apportent une dernière touche festive au tableau de cette exposition annuelle .

Car il ne faut pas les négliger , ces festivités de fin d'année . D'autant qu'elles comportent un versant sacré et un autre profane .  Elles sont, d'abord, l'occasion  pour les Chrétiens de ce monde ,  de  renouer avec la tradition de la messe et de rendre hommage à celui qui s'est sacrifié pour le rachat de  nos péchés . Puis le religieux s'efface pour laisser le païen s'engouffrer dans nos foyers  et nous enjoindre de nous adonner à des orgies de libations et de victuailles . L'heure a sonné de dire adieu à l'année écoulée et accueillir la nouvelle comme il se doit . Car l'on espère surtout qu'elle sera meilleure que la précédente .

Mais que reste t'il , à l'aube de  janvier , de cette effervescence fébrile de la veille ? Des souvenirs confus , tant l'alcool , à force de couler , a anesthésié les consciences . Tout le plein d'énergie accumulé le mois précédent à été englouti en une nuit . Et l'on se sent comme dépossédé , confronté à une immensité temporelle inconnue dont on aimerait connaître les contours avant de s'y aventurer. Le rideau tombe . Le spectacle est terminé . La grisaille de l'hiver citadin reprend ses droits . Les décorations lumineuses désertent les rues et les vitrines . Les façades nues grelottent dans le froid. Les guirlandes et les grelots sont remisés jusqu'à l année suivante . Et la vie reprend son cours , avec son cortège de servitudes , et ses cornes d'abondance d'illusions .

Mais même si l'hiver glacial s'agrippe à notre cœur comme un mendiant affamé et qu'il met à mal nos bonnes résolutions, l'on se raccroche à l'idée qu'il ne fera pas un festin de notre âme , car , de quelque religion que l'on soit  , ne perdons jamais de vue  que nous sommes tous les étincelles du divin,  et que brûlera en nous la flamme inextinguible de l'espérance pour les siècles des siècles .

jeudi 19 décembre 2013

Pour Athénaïs, quand elle sera en âge de comprendre...

Paris , à l'approche de Noël , me fait immanquablement penser à la forteresse de Dunsinane dans la tragédie de Macbeth .  Elle devient le lieu où la prophétie des "trois soeurs fatales " prend racine . N'avaient-elles pas  prédit au sanglant usurpateur  qu'il ne serait pas vaincu tant que la forêt de Birnam ne se mettrait pas en marche en direction de Dunsinane? Or, force est de constater que la capitale est en état de siège quand les légions de  sapins, destinés à boiser nos logis , colonisent les trottoirs. Ce sont des régiments entiers qui font le déplacement pour nous permettre de célébrer dignement la venue du Messie. Ils se tiennent sagement au garde-à-vous sur le bitume , avec, pour toute armure, leur parure d'aiguilles.

Or, ces rangées de guerriers immobiles ne sont en fait qu'un avatar des tribus d'Indiens d'Amérique parqués dans une réserve , déracinés,  et pleurant des larmes de résine sur leur sort. Pire encore , ils ne sont pas sans évoquer des esclaves sur un marché, que des acheteurs viennent  jauger du regard et soupeser avant de les saisir sans égard , et de les  conduire en leur ultime demeure . Conifères majestueux  , ils verront leurs bras se charger  de décorations de pacotille , comme ces verroteries utilisées dans le commerce triangulaire en guise de monnaie d'échange . Puis, quand  leur heure  sonnera ,  ils seront expulsés sans ménagement des salons où ils trônaient , et finiront leur vie sur un trottoir , gisant épars au milieu des sacs de déchets , un beau matin de Janvier.

 Les résineux ne sont pas les seuls à coloniser les rues de Paris . Des villages entiers de chalets de fortune, alignés géométriquement comme ces pavillons de banlieues américaines , proposent aux passants des produits régionaux ou de la bimbeloterie artisanale . Les Champs-Elysées sont réquisitionnés en cette occasion. Du Rond Point à la Place de la Concorde , la plus belle avenue du monde égrène un chapelet de constructions de bois éphémères qui proposent tout et n'importe quoi . Fort heureusement  , seuls les touristes  s'y laissent prendre . Les Parisiens de souche préfèrent se laisser gagner par la fièvre acheteuse dans les temples dédiés au Dieu Mammon , implantés Boulevard Haussmann .

Moi-même, je ne peux résister à la tentation de flâner devant les vitrines de ces Grands Magasins. C'est que chacune d'entre elles nous convie à un spectacle tout droit sorti des fables et nous fait replonger dans le monde onirique de l'enfance . Dans des décors féeriques , l'on y voit évoluer gracieusement des poupées et des peluches sur des musiques de ballets . Les charmants jouets prennent vie comme par enchantement , et l'on est soudain  prêt à suspendre notre jugement et à croire que , oui , ces objets inanimés ont bien une âme , et qu' il ne tient qu'à nous de guetter les signes imperceptibles qu'ils nous adressent dans le monde immanent.

Mais le réel reprend malheureusement ses droits , aussitôt que nos yeux se posent sur le savant mécanisme de poulies actionnant des fils invisibles . La magie est rompu . Adieu licornes et chimères , elfes des bois et fées ! De même, le vieil homme jovial à la barbe blanche et à l'habit rouge n'a jamais existé que dans les contes . C'est un imposteur qui endosse son rôle dans les paysages verglacés de la Laponie. Et cependant,  les centaines de clones qui usurpent son identité dans les villes du monde ne sont jamais punis .  C'est que le plus grand mensonge de l'humanité doit perdurer pour que l'imaginaire des bataillons d'enfants en marche vers l'avenir puisse se déployer . Alors pour qu'ils puissent dire un jour " I have a dream" , laissons-les rêver au Père Noël s'élançant dans son traineau vers les étoiles pour leur apporter le bien le plus précieux qui soit, mais aussi le plus fragile : la joie de vivre.

samedi 14 décembre 2013

Lieu de perdition au siècle dernier , fortement réprouvé par la morale bourgeoise, le bar était le refuge des âmes balafrées , malmenées par la vie , qui y venaient recueillir un peu de chaleur et d'évasion dans une rasade de vin ou une gorgée d'absinthe . Leur fréquentation y était essentiellement masculine , ce qui engageait les filles de joie à s'y hasarder , car point de meilleur remède que les spiritueux pour délier les langues et surtout les cordons de la bourse .

Les temps ont changé . Cette  institution tant décriée a connu une réhabilitation au cours de la dernière décennie qui en a fait l'endroit le plus couru de Paris. C'est qu'il était grand temps pour lui de redorer son  blason ! Certains pâtissaient d'une très mauvaise réputation . Alors il a bien fallu redéfinir leur vocation . Le comptoir se devait de rester. Qui songerait à retirer un autel d'une église? Mais ce qui s'y trouvait derrière se devait d'être accommodé au goût du jour . Le bar à vins s'est vu  concurrencer par un nouveau venu, le bar à bulles ! Du même coup , on a assisté à la désacralisation du champagne . Plus besoin de cérémonie pour tremper ses lèvres dans ce divin breuvage.Avec lui,  c'est l'avènement du n'importe où et du n'importe quand . Paris est une fête ! Hemingway ne s'y est pas trompé.


Les bars à vins n ont pas été les seuls à trinquer . Les bistrots ont eux aussi été contraints de constater leur  déclin . Il faut dire que l éventail est large entre les bars à soupes , bars à tapas , bars à sushi et bars à pâtes . De quoi satisfaire les caprices de tous les estomacs . Chose inestimable , l'on nous épargne la lecture indigeste de cartes touffues propres à  écœurer les plus voraces d'entre nous . Plus de dilemme cornélien quant au choix du plat , puisque le principe est de proposer un seul mets, décliné sous plusieurs formes .

Comble de l'ironie , le bar , autrefois réservé principalement à la gent masculine , change de cap en se dévouant corps et âme aux femmes . Et pas n'importe lesquelles . Celles soucieuses de leur apparence et de leur bien-être . Celles qui font de l'artifice une arme fatale . Bars à chignons ou bars à franges , bars à ongles , bars à cils ou à sourires, il y en a pour tous les goûts . Les dents des femmes n'ont jamais été aussi blanches , et leurs ongles et leurs cils , aussi longs . Les hommes ont de quoi se faire du souci .

Et puis , si l'on est en manque affectif , rien de tel qu'un bar à chats . Non pas pour en consommer la chair , ni pour en revêtir la fourrure , mais pour bénéficier des vertus thérapeutiques de leur ronron . Enfin, si , après tout cela, l'on a envie de piquer du nez , pourquoi ne pas tenter le bar à siestes ? Bon, c'est sûr , il faut être certain que son voisin immédiat ne soit pas tenté de pousser un ronflement inopportun . Malheureusement, on ne peut jamais prévoir ce genre de choses . Au pire , si cela vous arrive , restez zen. Vous n'aurez qu'à traverser la rue et prendre un verre au premier bar du coin. Au moins , celui-ci, il ne vous décevra pas.


jeudi 5 décembre 2013

La  vie n'est qu'un passage sur cette terre , plus ou moins bref selon les êtres vivants . Admirez ce papillon irisé qui butine cette rose  ! Tous deux offrent le spectacle le plus charmant qui soit , mais aussi le plus fugace  . Demain , ils rejoindront  la terre qui les a vus naître . L'un aura juste le temps de prendre son envol , l'autre juste celui d'éclore .

Mais si le beau est éphémère, le sublime est immortel. Car il est ce qui dépasse le beau , ce qui le transcende . Ce qui défie notre imagination et fait tressaillir notre âme . Ce qui nous donne la mesure de la démesure . Ce qui nous coupe le souffle en ouvrant un abîme à nos pieds.  Dans le domaine  pictural , les oeuvres  de Caspar David Friedrich nous  précipitent brutalement dans un état émotionnel où l'effroi jaillit de la  grandeur . Le face-à-face terrifiant avec la nature , qu 'elle soit  gouffre ou immensité polaire , nous fascine , car il nous fait prendre conscience de notre insignifiance et de notre fragilité . L'homme y est représenté comme spectateur d une réalité hors norme , proche et distante à la fois , souvent terrifiante . Mais il n'en demeure pas moins impassible et serein . Comme s'il avait subitement compris qu' il n'y a pas de plus grand danger que celui que l'on porte en soi .

Caspar Friedrich a lu probablement Shakespeare , peintre par excellence de la démesure humaine . Les grandes tragédies du Barde immortel , comme le surnomment les Anglais , laissent en leur sillage cruauté  et désolation tout autant qu'elles dessinent  sur notre front le sillon de la sagesse . C'est le sublime dans toute sa splendeur horrifiante qui est livré en pâture à nos oreilles,  bercées par la cadence poétique du pentamètre ïambique . Le dramaturge élisabéthain réussit à ouvrir nos yeux sur  l'innommable tout en charmant nos oreilles . Coup de maître jusque-là inégalé!


Mais paradoxe des paradoxes , les monstres qu'il nous dépeint , nous les aimons . Nous les prenons même en pitié quand ils sont finalement  broyés par l'engrenage fatal qu'ils ont mis en marche . Que ce soit Richard III ou Macbeth , fratricide ou régicide , peu importe ! Tout monstres qu' ils sont , ils  n' en sont pas moins humains, et donc faillibles . Ils ont eu le temps d'apprivoiser notre hantise du mal en nous guidant , pas à pas , dans les replis de leur conscience . Et nous avons partagé avec eux cette hubris autodestructrice , nous avons frôlé les précipices avec eux , mais nous n'y avons pas sombré , plongés dans la sidération, semblables au  témoin impassible d'une toile de Caspar Friedrich .

C'est cela que l'on appelle le génie . La capacité à nous purger du mal tout en nous le rendant séduisant .  Nous savons que le chaos est tapi dans la boîte de Pandore de notre âme et qu'il peut faire irruption dans notre vie à tout moment . Nous savons aussi que la vie ne tient qu'à un fil , qu'elle est l'eau qui s'écoule du temps , et que la clepsydre se vide inexorablement . Alors gorgeons-nous de sublime ! Lui seul perdure . Le beau n'est que transitoire , comme ce papillon qui va mourir ou cette rose qui se fane . Confrontons-nous à nos démons et n'ayons peur d'être laids . Ecoutons religieusement les trois sorcières de  Macbeth " Fair is foul and foul is fair " , "le beau est immonde  , l'immonde beau  ". Après cela , nous n'aurons plus peur de  vivre .

vendredi 29 novembre 2013

Il faut bien le reconnaître , la notion de perte est inscrite de façon indélébile  dans la peau de chagrin de  l'existence  humaine . Qu'elle soit matérielle ou affective , personne n'y échappe . Mais perdre, cela ne veut pas toujours dire être perdant . D'où l'ambivalence du concept ,  sorte de Janus bifrons  , aigle bicéphale  qui plane au dessus de nos têtes et transforme  ses proies en phoenix renaissant de leurs cendres . Car paradoxalement, perdre, dans bien des cas , signifie aussi gagner .

Le deuil de notre  enfance est la première perte qui nous est infligée , biologiquement parlant . Personne ne peut s y soustraire .  D'abord la métamorphose de notre corps nous y contraint , bon gré , mal gré . Puis il faut nous astreindre  à "jouer" à l'adulte à un moment ou à un autre , même si nous n'en devenons jamais un, à proprement parler . L'accession à des responsabilités , qu'elles soient professionnelles ou familiales , nous expulse violemment et irréversiblement de ce "vert paradis " , ou , pour les plus malchanceux d'entre nous , de cet enfer . Dans le dernier cas , le deuil est interminable.  L'enfant hurlant ne cesse de s'agripper aux jupes de l'inconscient de l'adulte que nous sommes condamnés à jouer sur la scène du monde . Il conduit certains au meurtre , d'autres au suicide.

La deuxième perte à laquelle nous sommes un jour ou l'autre confrontés est la perte d'un proche .  Le bouillon de culture familial , premier terreau où germe l'attachement affectif , devient aussi le lieu de nos premiers deuils . Un parent qui part sans laisser d'adresse ( la mort représentant l'adresse la plus ultime  qui soit ), ou qui en choisit une différente, divorce oblige , nous met face à face à une béance mortifère qui happe notre besoin viscéral d'ancrage . C'est la rencontre forcée avec la première perte de repères , mais c'est aussi l'occasion d'un gain inestimable , celui de la prise de conscience de notre résilience , de notre aptitude à "faire avec" la perte et à ne pas se laisser broyer par elle .

Et de fait , cet apprentissage précoce nous donne ensuite les armes pour lutter efficacement contre les pertes à venir . Celle, inéluctable, de l'être aimé, par exemple . L'amour éternel, il n'existe que dans les contes de fées . Au XXIe siècle, les baguettes magiques ont disparu , et le récit se clôt invariablement par : " Ils ne vécurent pas heureux et eurent peu d enfants ". A cela, une explication: l'on aime toujours l'autre pour les mauvaises raisons . Parce qu il nous distrait de nous-mêmes dont nous commençons à nous ennuyer , ou parce qu'il nous rappelle notre parent réfèrent , auquel nous sommes indéfectiblement liés, pour le meilleur ou pour le pire . Et c'est pour cela que les ruptures sont toujours synonymes de déchirement , car elles sont vécues par l'enfant qui nous hante comme la plus injuste des punitions . Elles nous reconduisent sans égard  dans le cachot de notre ego et nous soumettent à un sevrage forcé d'affection .

Mais, à y bien réfléchir , le cachot n'en est pas un, et le sevrage est des plus salutaires . La solitude n'est une cilice que pour les humains qui ne s'aiment pas et qui s'incarcèrent dans un désamour réflexif . Pour les autres,  ceux qui échappent au maléfice,  la perte est perçue comme un mal nécessaire et non comme une rétribution . Ils ont compris que mieux vaut perdre l'autre plutôt que  risquer de se perdre, et qu'il n'est pas de plus grande victoire que celle de se retrouver soi-même , et renaître de ses cendres.






dimanche 24 novembre 2013


Les préfixes gréco-latins  , il y en a qu'on aime bien, et d'autres qu'on aime moins . Pour Les bipèdes que nous sommes , par exemple , mieux vaut être en mode "bi" qu'en mode "mono". Normal ! Il faudrait être maso pour aimer le monde monochrome où nous vivons , où l'on nous débite sur un ton monocorde le plus monotone des discours . On ne cesse en effet de nous rabattre les oreilles avec  le danger des monopoles , les affres des familles monoparentales , les crimes de monaniaques , et les épidémies de mononucléoses.  De sorte que vivre en solo , de nos jours , apparaît comme le plus terrible des fléaux, et que certains couples infernaux préfèrent se laisser gagner par la décomposition plutôt que de risquer l'implosion et la dispersion de leurs deux composants . 

C'est que dans notre société bien-pensante , vivre seul n'est guère vu d'un bon œil. Cela suppose des vices cachés : une homosexualité latente , une hérédité pesante, ou un comportement déviant . Si l'on s'apitoie sur le sort des specimens humains fraîchement divorcés , on ne tarde pas à suspendre l'épée de Damoclès au-dessus de leur tête s'ils ne retrouvent pas assez vite un cavalier ou une cavalière . Et l'on est même soulagé de voir que des campagnes publicitaires leur proposent des sites de rencontre calibrés.

C'est qu'ils sont chouchoutés , les infortunés éclopés de la vie . Ils en ont assez bavé, alors ils doivent vite remonter en selle et jouir à nouveau des bienfaits de la vie . Il leur tarde de reprendre goût à l'entente bilatérale, aux  promenades à bicyclette , aux voyages en bimoteur pour assister à la biennale , et aux  bains de soleil en bikini sur les plages des Bahamas . Et si l'on ne se suffit pas à deux , pourquoi ne pas tenter l'expérience à trois, vu que certains explorent la bisexualité sur le tard . 

Moi, je peux vous dire une chose , les préfixes " mono " et " bi" , je n'en veux pas .  Je suis plutôt du genre "poly" et "multi". On est mégalo, ou on ne l'est pas. J'aime le multimédia , les marbres polychromes , les gens polyvalents , les films multilingues , les robes multicolores , et surtout les religions polythéistes . C'est bien commode quand on est célibataire et qu'on ne sait plus à quel saint se vouer . Il suffit de prier Vénus pour qu'elle nous envoie son Cupidon , et le tour est joué . Si elle est occupée , on peut , en attendant , s'enivrer avec  Bacchus ou mieux encore , deviser avec la sage Athéna . Elle, au moins , si elle n'est pas sortie de la cuisse de Jupiter, elle en est sortie de son crâne. En plus , vu qu'elle est armée et qu'elle est loin d'être une écervelée  , elle saura nous protéger  et surtout nous éviter de nous enticher du premier hominidé qui nous aura été présenté.Car comme chacun sait, mieux vaut être seule que mal accompagnée!



jeudi 21 novembre 2013

Moi qui voue une passion aux paradoxes , je dois dire que je suis servie , depuis que nous naviguons sur l'océan de la mondialisation . Si notre planète est devenue un village , inversement le "village" dans lequel nous vivons est devenu une planète . Car les habitants qui le peuplent, aussi proches qu'ils puissent être de nous géographiquement , sont aussi éloignés de nous que les occupants d'une galaxie lointaine .

Prenons l'exemple de nos voisins . Connaissez-vous les vôtres ? Pas si sûr. Peut-être certaines circonstances fâcheuses vous ont-elles mis en présence de l'un d'entre eux. Un dégât des eaux , vraisemblablement, ou quelque nuisance sonore nocturne , submergeant votre désir de plonger dans cette phase de sommeil que l'on nomme paradoxal . Une chose est sûre , vous n'avez , après cela , aucune envie de les rencontrer à nouveau . Ni sur terre , ni au ciel . Et pour cause. Ils sont le miroir de la réalité humaine que vous tentez de fuir aussitôt rentrés chez vous .

En revanche, vous avez plus de mal à vous passer  de la compagnie  d'internautes invisibles, même s'ils sont trop volubiles . Après tout , vous pouvez les laisser pérorer autant qu'ils le souhaitent . Ils n'exigent de vous aucun effort . Et si vous jugez qu'ils manifestent une volonté d'ingérence un peu trop marquée dans votre vie , il vous suffit de les éliminer de votre salon virtuel en un clic . Pourquoi donc s'en priver ? Point de compte à rendre . Au diable la susceptibilité ! D'ailleurs , vous ne connaissez d'eux que ce qu'ils veulent vous montrer , et ils se gardent bien de promouvoir leurs failles.

Un de perdu , dix de retrouvés, dit le proverbe , sauf que la boulimie ambiante d'échanges, qui ne manque pas de nous contaminer, nous oriente plus vers le millier que la dizaine . Ce ne sont plus des salons virtuels dans lesquels nous causons,  mais des quais de gare . Que dis-je ! Des aéroports internationaux , car , il faut bien le reconnaître, l'on ne véhicule plus notre pensée dans notre langue vernaculaire . Il y a des lustres que cette dernière a perdu de son lustre , éclipsée par sa voisine d'outre-Manche.  Et si l'envie de communiquer avec des Lapons nous en prend, et que le gap langagier devient trop difficile à combler , reste le recours aux pictogrammes , plus connus sous le nom d'emoticons , ou , pour les plus sophistiqués , d'emojis.

Mais la multiplicité des échanges et des langages ne peut masquer une vérité unique. Quand bien même nous converserions avec les trois quarts de la planète  , nous n'en serions pas moins acculés à une solitude sidérale devant nos écrans numériques. Repliés dans un confort fœtal , aspirant à redevenir des  embryons , nous nous croyons  immergés dans la matrice maternelle alors que nous nous asphyxions dans la Matrix virtuelle . Malraux avait raison : " Le XXIème siècle sera religieux ou ne sera pas ", à ceci près que le Dieu que nous avons choisi ne nous relie pas entre nous , mais nous lie inextricablement à nous-mêmes , et nous condamne à vivre dans un néant relationnel des moins salutaires.

dimanche 17 novembre 2013

mardi 12 novembre 2013

On nous parle de la croissance exponentielle des divorces dans notre capitale . Les statistiques l'attestent . Ouvrir un cabinet d'avocat spécialisé dans le droit de la famille devient , dès lors , une affaire fort rentable . En effet , les candidats au divorce ont généralement l'imprudente impudence de demander des comptes  au conjoint désireux de rompre l'hymen . On les comprend . Perdre son statut d'époux ou d'épouse dans notre société conservatrice , cela demande réparation. Les duels étant proscrits , il ne reste à l'époux bafoué qu'à  confier aux ténors du barreau  la mission de venger l'opprobre .  Or certains groupes de réflexion , sans doute émus par la faillite de cette institution sacrosainte ,  ou plus vraisemblablement attirés par l'appât du gain , ont trouvé une solution infaillible pour parer à ces déballages obscènes de vie commune lors des audiences juridiques. Et voilà que les sites de rencontres extra-conjugales ont vu le jour !

 Jusqu'à présent , les sites de rencontre ne visaient qu' un public bien particulier , celui des  célibataires fraîchement  largués de préférence , et comptant bien ne plus le rester en quelques clics . Il est vrai que les photos  des impétrants au titre de compagnon ou compagne idéals ont de quoi laisser rêveur. Il faut séduire à tout prix , donc tous les moyens sont bons pour gommer sillon nasogénien, nez aquilin , ou calvitie naissante . La fée Photoshop s'avére une alliée de choix . Un coup de baguette magique et vous voilà doté(e)d un physique de jeune premier ou de belle ingénue du bal des débutantes . Mais bon,le grand saut du virtuel au réel , il faut bien le faire un jour . Adieu veaux , vaches , cochons , disent certaines. Enfin , pas les cochons , vu qu' il faut bien le dire , la majorité des membres masculins de ces sites n'ont en tête que la satisfaction de leur instincts les plus vils . Et ce mince détail n'a pas échappé à l'attention de certains observateurs , soucieux de redorer le blason du mariage , ou du moins de ternir celui du divorce .

Pourquoi risquer de perdre sa chemise dans des procédures juridiques coûteuses , alors qu'il suffit juste de la retirer , et rouler des mécaniques devant une complice trop contente de raviver une libido en berne ? Après tout , les deux partenaires n'ont en tête que la préservation de leur couple respectif . Ils œuvrent pour le bien de leur conjoint cocu , tout en se faisant du bien par la même occasion. Tout le monde y trouve son compte . La discrétion est assurée . Plus de péril en la demeure , le démon de midi n'est plus diabolisé , et la crise de la quarantaine , évitée . Certains hôtels ont même saisi l'opportunité au vol et conçu des forfaits d'occupation des chambres pour "rendez-vous coquins". Ils proposent ainsi aux tourtereaux de passer quelques heures à roucouler en toute impunité . Après quoi les infidèles se séparent et  retournent , la conscience tranquille, dans leur logis ,  jouer à l'époux ou à l'épouse irréprochable .

Ne nous abusons pas . L'adultère a existé de tout temps . Qui n'a entendu parler du droit de cuissage intronisé à l'époque médiévale ? Qui n' a eu vent de l'existence des maisons closes , ou , pour parler plus vulgairement , des bordels ? Et les clubs libertins , parlons-en. Il paraît qu'ils jouissent d'un prestige grandissant auprès de certains mâles ou femelles concupiscents . Mais enfin,  convenons-en , les doubles vies n'ont rien de bien glorifiant . Et les adeptes de cette pratique finissent , un jour ou l'autre , par payer un lourd tribut à leur penchant pour la dissimulation.   C'est en pâture que ces monstres lubriques  sont livrés à des avocats cupides et la vindicte populaire se charge de réduire à néant leur réputation .



vendredi 8 novembre 2013

Il y a certains livres que l'on n'a jamais envie de terminer tellement l'on aime s'y calfeutrer pour échapper aux tumultes de la vie. Il y en a d'autres que l'on n'a jamais envie de terminer car l'on en connaît déjà la fin , et qu'elle nous chagrine . Petite fille, je m'enfuyais quand ma mère abordait le dernier chapitre du Petit Prince . J'ai grandi depuis , mais je refuse toujours de le lire .

C'est que j'en étais amoureuse , du Petit Prince. Il me rendait le sourire , lui et ses histoires de mouton dans le désert . Et puis son entêtement à toujours vouloir  poser des questions me rappelait le mien . Je n'étais plus seule au monde . Un petit garçon aux cheveux couleur d'or , venu d'une étoile lointaine, voulait, lui aussi, percer le mystère des hommes .

Il en avait déjà rencontré , des hommes , sur d'autres planètes, après avoir quitté la sienne  . Un monarque , un vaniteux, un allumeur de réverbères et un géographe , entre autres.  Mais ce n'étaient pas des hommes intéressants . D'autant qu'ils ne lui accordaient  pas grande attention . Ils étaient trop occupés à s'adonner à des activités incompréhensibles . Certains en avaient même perdu le sens commun.

 Alors le petit prince  a pris son courage à deux mains et a tenté sa chance en visitant la Terre . Là , en plein désert , il a enfin trouvé une grande personne qui avait conservé son âme d'enfant . Et il lui a raconté son histoire . Son amour pour une rose coquette et pour les couchers de soleil ; sa manie de déraciner les baobabs et de ramoner les volcans . Sa rencontre surtout avec un renard pas comme les autres. Un renard qui s'est laissé apprivoiser et qui lui a confié un  secret inestimable .

Voilà. Je ne peux pas en dire plus . Je n'ai jamais voulu entendre la suite . Elle est trop triste, paraît-il, et je ne veux pas grandir .  Une chose est sûre cependant .  Quand la nuit tombe et que le ciel se paillète d'or , je ne manque jamais de  regarder les étoiles . Car je sais qu'il est sur l'une d'elles , qu'il a retrouvé sa rose et qu'ils  contemplent tous les deux , en amoureux , des couchers de soleil fabuleux.

jeudi 7 novembre 2013

Dans la communauté des héros intergalactiques , Albator jouit d'un statut particulier : Il est l'incarnation du héros ambivalent. S'il consacre sa vie à éradiquer le mal , il n'en demeure pas moins un pirate, dont l'emblème favori est la tête de mort .

Heureusement pour nous , il se démarque physiquement de l'archétype du corsaire unijambiste à la barbe hirsute . Par sa morphologie exquise , il nous séduit  . Son corps élancé , ses cheveux mi- longs, sa longue cape noire et son sabre de samouraï lui confèrent une élégance toute aristocratique . Même sa balafre et le bandeau de soie noire qui pointe sa borgnitude lui apportent un supplément de distinction .

C'est qu'il est de la race des seigneurs . Le trône médiéval sur lequel il règne et son majestueux vaisseau spatial trahissent son goût pour le raffinement . Il n'est pas un homme comme les autres. C'est un esthète . Et les créatures qui l'entourent reflètent son penchant pour le beau . Que ce soit Esméralda  ou Nausica,  les personnages féminins dans son ombre  sont dotés d'un pouvoir de séduction indéniable .

Même ses ennemies sont des êtres envoûtants. On ne peut manquer de tomber sous le charme de ces sylvidres filiformes  aux yeux luminescents. Elles ont le regard pétrifiant  de la Gorgone  Méduse  et sont aussi impitoyables que  les Parques qui coupent les fils de la destinée humaine . Car seule une froideur de glace se lit sur leur front d albâtre . Somme toute , elles incarnent la féminité dans tout ce qu'elle a de castrateur .

Face à elles , il sait tenir la barre . C'est un capitaine de navire aguerri qui a essuyé beaucoup de tempêtes dans sa vie . A commencer par la mort de sa bien-aimée . Son cœur en porte la cicatrice éternelle . Héros romantique par excellence , Il ne se résout pas à faire le deuil .  On lui pardonne dès lors son mutisme , et son inclination pour la solitude . C'est un homme blessé , et par là-même fragile.

C'est pour cela qu 'il fait notre conquête si facilement . Il n a pas besoin de faire montre de prouesses verbales pour gagner notre amour . Nous sommes toutes acquises à sa cause . Car l'on sait trop ce que la perte d'un être cher génère comme douleur . Alors on fait corps avec lui dans son combat contre les forces maléfiques de l'univers . Et surtout dans son combat contre la part d'ombre qui est en lui , qui est en nous . Car , ne le nions pas  , nous portons tous une balafre à notre âme , et nous hissons inlassablement , chaque jour , le pavillon de l'espérance au mât de notre vie .

mercredi 6 novembre 2013

Depuis le royaume des cieux, Léonard de Vinci doit être aux anges . Non parce que Mona Lisa demeure l'une des œuvres les plus prisées du musée du Louvre . À mon humble avis , le vénérable Maître doit plutôt rire aux éclats ; car  les cohortes de touristes ont beau s'ingénier à vouloir capturer , par tous les moyens photographiques possibles, le sourire évanescent de son modèle , lui seul possède  la clé de son énigme. Ce qui doit plutôt le remplir d'enthousiasme , sinon de fierté , c'est la concrétisation de son projet de 1495, dont peu de monde possède la connaissance .

Car , il faut bien le dire,  le commun des mortels , dans un souci d'épargner à sa mémoire des efforts qu'il juge inutiles, tend bien trop souvent à coller une étiquette hâtive  aux personnalités  trop complexes de ce monde . Aussi  Vinci , pour l'individu lambda , est LE peintre de La Joconde . Mais pour les curieux congénitaux  dont je fais partie , Vinci est bien plus que le créateur d'une œuvre picturale copiée et reproduite à l'infini. Il est surtout un inventeur de génie, et plus particulièrement le géniteur du premier robot humanoïde de tous les temps .

Certes le "chevalier mécanique" n'est pas parvenu jusqu'à nous . A-il seulement été conçu ou est-il resté simplement à l'état de croquis ? Nul ne peut le dire . Nous savons cependant , d'après les carnets de son inventeur , qu'il  possédait une armure et avait la capacité de mouvoir la tête , les pieds et les mains . Ce qui est sûr, c est qu'il  faut enjamber cinq  siècles pour enfin assister à la mise au point d'un robot humanoïde. Le Siècle des Lumières avait certes été le témoin de la conception d'automates insolites comme le canard digérateur de Vaucanson . Mais mis à part ce palmipède doté de la faculté de déféquer en public ( son créateur devait sans doute être anal) , rien de bien transcendant .

Avec l'avènement de l'électronique, la robotique a connu une explosion sans pareille . Dans les années 40, Asimov nous avait laissé entrevoir, dans ses récits de science-fiction,  un monde peuplé de ces humanoïdes fabuleux , voire même dangereux . Un demi-siècle plus tard, la science  s'est chargée de transformer sa fiction en réalité . Nao le robot , nouvellement débarqué dans notre galaxie , est le compagnon dont tout enfant rêve . Pas seulement les enfants d'ailleurs . Moi, par exemple , il m'émeut. Sans doute  parce qu'il me rappelle Nono , le petit robot , l'ami d'Ulysse. On m'a dit que j'aurai une chance de le rencontrer prochainement . J'ai hâte . Si cela se réalise , je pense que j'arborerai le sourire de Mona Lisa , en hommage à Léonard. Car , à mon avis, si elle demeure encore si  insaisissable ,  c'est que Vinci  a voulu garder jalousement le secret de son génie , là-haut , dans les étoiles .

mardi 5 novembre 2013

Colimaçon de poils, poids plume, ta frêle colonne s'enroule quand tu t'endors.
Oeil grand ouvert, vert de lumière, tu m'émerveilles de promesses.
Ourson douillet, doux coussinet, tu te prélasses sur le tabouret.
Voix fluette, effleurements brefs, tu émets une requête.
Croquettes pour minettes, puis tu pétris ma couette.
Arc de cercle, ronron discret, je sais que tu es gaie.
Ficelle et souris verte: tes deux menus jouets.
Ton plumet: droit comme un fleuret.
Ta patrie: la Perse.
Ta perte: la mienne.
Je te serre.
Tu te terres.
Amen.

dimanche 3 novembre 2013

Avoir la tête dans les nuages , c'est quand même bien mieux que de l'avoir sur les épaules . Surtout si, après les orages de la vie, un arc-en-ciel vous tend ses doigts irisés pour vous hisser vers le ciel . Une pincée de poudre de fée , et l'on s'envole, comme Clochette, à destination de Neverland .

Moi,  j'adore les pays imaginaires , et j'essaie toujours de trouver, chaque fois que je le peux , la porte dérobée qui m'y conduit . Enfant, j'étais fascinée par l'une des armoires de ma grand-mère qui recelait une multitude de foulards embaumant les fragrances d'antan . En cachette , je subtilisais  la clé dorée dissimulée dans un  petit coffret d' acajou ,  et me livrais à un pillage éhonté des trésors de ce somptueux réceptacle . Quelques tracés de feutre sur les yeux en guise de maquillage, et je me transformais en Cléopâtre , drapée dans des carrés de soie artistement noués , donnant des ordres impérieux à des esclaves invisibles devant la psyché de la grande chambre rouge .

Déjà , la lecture d'Alice in Wonderland , illustré par Tenniel , m'avait entrouvert les portes d'un monde merveilleux où les chats faisaient de grands sourires et les chenilles  fumaient  le narguilé . Mais c'est surtout l'ouvrage de l'extravagante Miss Travers qui m'a ouvert les yeux sur les profondeurs enchanteresses des surfaces de ce monde . Qui ne se souvient de la scène où Jane et Michael, accompagnés de Mary Poppins et de Bert le ramoneur , sautent à pieds joints sur une dalle en béton ! Quel ravissement de les voir traverser le miroir , chevaucher les destriers de bois d'un carrousel d'époque et croquer des pommes d'amour lors d'une fête foraine !

Depuis,  je ne regarde plus les trottoirs de la même façon . Surtout quand la pluie les enduit d'un vernis luisant et que des flaques offrent leur surface miroitante  à ma vue .  J'ai comme une envie  d'y plonger de tout mon long  , de perdre la notion du temps et de l'espace, et de me métamorphoser  en petite sirène , loin du bruit et de la fureur , dans un royaume silencieux où les murailles sont de corail et les habitants des poissons volants.

samedi 2 novembre 2013


J'ai parfois le sentiment , en parcourant certains articles de presse , de me retrouver au British Museum en face de la Pierre de Rosette , tellement certaines colonnes semblent inondées d'abréviations hiéroglyphiques . Il faut dire que la tendance actuelle est aux sigles et acronymes en tout genre. Dans presque tous les domaines , on fait l'économie de syllabes , de sorte que bon nombre de mots se voient amputés et réduits à une unique lettre . Il est vrai que ce phénomène n'est guère nouveau . Pas besoin de dictionnaire pour décrypter WC ou OK . Mais savez vous seulement que la première abréviation nous vient de la Perfide Albion , et que la deuxième aurait un rapport avec la guerre de Sécession ?

Si , dans le domaine épistolaire , les PJ et les PS n'ont plus de secret pour vous , il en va peut-être autrement pour certains vocables du domaine médical . PMD ou DMLA ne vous disent rien ? Il vaut mieux , d'un côté , car les gens qui en sont affectés ne voient pas la vie en rose. Pour ce qui est de débroussailler le terrain terminologique des services secrets , attachez vos ceintures! Vous me direz , ils sont secrets , donc vous n'avez pas à les connaître , mais bon , l'actualité fait que vous vous trouvez confrontés , bon gré , mal gré , à des discours regorgeant de sigles abscons tels que DST, DGSE , NSA, et GCHQ. La tâche  s'avère d'autant  plus ardue qu'il vous faut souvent naviguer d'une langue à une autre au sein de la même phrase . Mal de mer garanti ...


Il est aussi conseillé d'avoir le pied marin quand on s'immerge dans l'océan des sigles informatiques, majoritairement anglo-saxons . Car entre les flux RSS , les protocoles SSL et IOS, les URL et les URI,  les OASIS et les OSCAR, les SUS et les SLIP,  on a tôt fait de perdre pied si l'on n'a pas, à portée de main, un bon kit de survie . Remarquez , il vous reste toujours la possibilité de lancer un SOS. Car il ne suffit pas de traduire ces maudites abréviations . Encore faut-il les comprendre . Parfois mieux vaut rester dans l'ignorance la plus totale plutôt que de tenter d'en cerner le sens . Car l'on a vite  l'impression d'être affligé du QI d'un lémurien  . Après tout,  ne dit-on pas "Heureux sont les simples d'esprit  car le royaume des cieux leur appartient" ?

En parlant d'au-delà , n'oublions pas que les initiales les plus parlantes , pour la croyante que je suis , sont celles du Fils de Dieu . Bon , il est vrai que Jésus Christ sonne mieux que JC , mais enfin  , il y a pire  comme initiales . Car s'il avait  été appelé Paul Christ ou pire encore , Walter Christ , imaginez de quelles initiales le Sauveur aurait été gratifié . Les Anglais ont d'ailleurs emprunté au latin les initiales A.D pour désigner le début de l'ère chrétienne  : Anno Domini . Et je leur en rends grâce. Car le latin est peut-être une langue morte, mais il demeure néanmoins le substrat de  la nôtre et lui redonne un  lustre que les différents emprunts à l'anglais moderne tendent à ternir . Pas cool ...

Bon, j'espère ne pas vous avoir mis K.O avec toutes mes digressions d'intello. Moi je suis H.S , alors je vais gober quelques M&M's et aller faire un tour  chez H&M . Ensuite  , je compte bien  me connecter à BBM et passer l'aprèm en ligne  avec JC.

SLT et ADM1!

XOXO

PS: Btw , le JC dont je vous parle , ce n est pas le Messie , mais c'est mon Sauveur, quelque part . Mais ça , c'est une autre histoire ...;-)

vendredi 1 novembre 2013

Les bonbons ,  c'est mon talon d'Achille . Alors , bien-sûr , je préfère les savoir à l'abri dans les vitrines des confiseries plutôt que d'en garnir les bocaux de mes étagères . Statistiquement parlant, leur espérance de vie sera plus longue , et  mon taux de glycémie , beaucoup moins alarmant . Or,  pour mon plus grand malheur , un mauvais génie , certainement soucieux de booster la consommation de ces friandises gélatineuses , a mis au point une application smartphone démoniaque mettant  à mal mes bonnes résolutions . Nom de code : Candy Crush . Cible privilégiée : célibataires oisifs . Préjudices imputés :  addiction incurable .

 Heureusement pour moi, je ne rentre pas dans la catégorie des cibles du produit incriminé. Non que je ne sois pas célibataire , ou plutôt , célibattante , terme plus approprié. Mais voyez-vous , l'oisiveté est loin d être l'état qui me caractérise , comme en témoigne la prolifération de mes écrits sur cet auguste blog . Cela dit, je dois avouer subir de plein fouet les retombées radioactives de cette bonbonnière virtuelle .Car , à mon grand dam, je reçois régulièrement, sur un réseau social connu, les invitations répétées d'"amis" souhaitant me faire partager leur passion dévorante pour ce jeu chronophage.

Chronophage , ou plutôt neurophage , excusez le néologisme . Car , après consultation des victimes de l'agression perpétrée par ces sucreries made in UK , il semblerait qu'une large portion de l'hémisphère gauche du cerveau soit visée. Pour ce qui est de l' hémisphère droit , aucun souci . On ne vous demande pas d'être inventif. Bien au contraire . Le but du jeu , c est d'annihiler en vous tout élan de créativité intempestif. En clair, la société King, comme son nom l'indique,  veut régner sur vos esprits en pratiquant un lavage de cerveau carabiné  et en vous incitant à délier les cordons de votre bourse quand vous atteignez un point de non retour.

Car , cerise sur le gâteau , le concepteur britannique de ces bonbons diaboliques en a beaucoup plus qu'il n y paraît dans le citron . C'est pour cela qu'il ne se gêne pas pour se payer votre fraise autant qu'il le peut . Car vous n'avez pas neuf vies , comme les chats , mais cinq . Faute de quoi vous devez patienter trente minutes interminables avant de vous relancer dans votre écrabouillage de gélatine colorée, ou bien mettre la main au portefeuille et permettre au sujet de sa majesté d'accroître ses gains. De quoi laisser un goût amer dans votre bouche ...


Rétrospectivement  , j'ai eu beaucoup de chance de ne pas avoir été éblouie par le joyau de la couronne de l'empire King . Objectivement , je pense ne devoir mon salut qu'à mon péché de gourmandise . Je ne conçois pas en effet que des bonbons en gélatine  puissent être emprisonnés  dans des grilles et soumis à une destruction systématique massive. À mes yeux , et surtout à ma bouche, cela constitue un crime de lèse-majesté passible d'une peine de prison à perpétuité. Alors, pour une fois, je vais céder à la tentation , courir chez mon confiseur attitré et remplir mes bocaux de ces friandises acidulées . Parce que je le vaux bien, après tout!

jeudi 31 octobre 2013

Le mariage avec Facebook, c'est pour le meilleur et surtout pour le pire .
D'abord on se rend compte un jour qu'on a des milliers d'amis . Ça fait vraiment chaud au cœur , nous qui nous croyions seuls au monde  . Mais bon, il y a ami, et ami. Certaines fois , on ne les rencontre jamais , ces soi-disant amis . Si ça se trouve, ce ne sont que les ectoplasmes d'un nuage électronique . Une chose est sûre . S'ils vous donnent leur amitié, c'est qu'ils exigent en retour un maximum d'égards , et surtout que vous n'oubliiez pas de "liker" leur "posts" .

Parlons-en de ces fameux posts . La palette est large , mais on est loin des créations  picturales d'un Vinci ou d'un Van Gogh , pour ceux qui connaissent . Soyons francs. Nos amis sont certes ingénieux, mais ils sont surtout paresseux. Alors rien de mieux que de z'yeuter le "wall" d'un autre utilisateur et de faire du "sharing" .Cela prouve au moins une chose , que Facebook est une communauté où l'on partage beaucoup de choses . Alors qu'on ne nous dise plus que notre société est gangrenée par un individualisme endémique.

Les publications les plus répandues, il faut le dire , ce sont les photos . Et avec les différents logiciels de retouche , on peut dire qu'on se montre toujours sous son plus beau jour . Finis les éclairages pourris et les décors kitsch ! D'un coup de pinceau magique , vous voilà propulsée sur une scène virtuelle,  le visage lumineux et extatique comme celui des saintes auréolées de gloire de l'iconographie religieuse . Nous voilà béatifiées avant même de passer par le tombeau . Facebook vaut bien une messe!

Pour les plus païennes  d'entre nous , celles qui veulent figurer dans la rubrique des stars plutôt que des saintes ( après tout , les lecteurs de La Croix sont  moins nombreux  que ceux de Voici), c'est la photo de groupe ( ou de groupies) qui a leurs faveurs . C'est quand même mieux de figurer au beau milieu d'une horde d'admirateurs que de poser toute seule à côté d un pot de fleurs . En plus , ça a l'avantage de recueillir un nombre impressionnant de "Like " si on  a l'intelligence de "taguer" ( i.e identifier)  les autres participants. Ça flatte leur ego , et ça décuple le vôtre . N'est pas vedette qui veut...


Si l'on y réfléchit bien , Facebook est la plateforme idéale pour révéler au grand jour  les  pervers qui sommeillent en nous . Les exhibitionnistes d'abord . Ceux qui ne se lassent pas de  publier  des photos d'eux du matin au soir et du soir au matin. Mais bon, ils ne sont pas très malins, car à la longue , on s'en lasse, de voir leur bobine dans tous les lieux branchés de la planète , et on ne "Like" plus du tout . Ensuite les voyeurs , et ça , c'est la pire espèce de pervers qui existe. Pas de rédemption possible. Avez-vous remarqué la disproportion entre le nombre exact de vos "amis"  et le nombre de ceux qui manifestent un intérêt à vos publications ? Édifiant ! Alors de deux choses l'une , soit ils sont à la solde de la NSA et espionnent le moindre de vos faits et gestes , soit ils n'en ont rien à cirer de votre vie, et donc ils ne sont pas vos amis. Dans les deux cas , un bon conseil , VIREZ-LES!

mercredi 30 octobre 2013

L'écran tactile , c'est quand même l'invention la plus révolutionnaire dans le domaine de la technologie moderne . Mais comme dans toute révolution , le danger est omniprésent , surtout quand on enclenche la correction automatique . Une véritable bombe à retardement !  Il est donc vital de savoir manipuler cet arsenal  avec précaution.  Car il suffit que l'index appuie sur la mauvaise gâchette pour que notre arme se retourne contre nous . Je m'explique .

Primo, il est impératif de  sélectionner le bon clavier . Qwerty et Azerty , ce n'est pas du tout  la même chose . Alors si vous voulez éviter de jeter un froid dans la conversation , ou d'engendrer un silence embarrassant, choisissez votre langue dès le commencement. . Sinon la correction automatique se retournera contre vous à tout moment . Moi qui vous parle , j en ai fait les frais tout récemment.

Pas plus tard qu'hier , j'ai, par inadvertance , glissé mon doigt sur l'icône  fatidique , vous savez , celle  en bas , à gauche de votre écran , qui représente un globe . Je voulais conclure mon message amical par le mot "bise". Eh bien , figurez-vous qu'à mon insu,  mon smartphone facétieux à remplacé l'avant-dernière lettre par un " t " , car , en anglais , "bise" n'existe pas... Imaginez mon embarras après coup , surtout que mon destinataire était des plus puristes. Assurément j'ai dû passer  pour une nymphomane sous mes allures de  grande dame .La prochaine fois , je ne prendrai plus de risque . J'écrirai " je vous embrasse " . Au pire , si j oublie un "s" , il ne m'en tiendra pas rigueur. Bien au contraire.

A proscrire également  de votre vocabulaire : le franglais . Ou sinon cantonnez-vous aux mots les plus courants , du genre "hello", "cool" , "love " , et "bye". Car votre smartphone à beau être intelligent , il n en demeure pas moins chauvin .  Pour preuve , il ne reconnaît même pas le mot "geek"...Quant au  slang et et au verlan, ne lui en parlez même pas.  Vous ne réussirez pas à lui faire entendre raison . Il est buté et malicieux , ce petit engin , et  risque à tout moment de vous exploser entre les mains .

Moi , j ai décidé d'adopter une tactique imparable face à ce lutin farceur . Je n'utiliserai plus que des Emoji, vous savez, ces pictogrammes ludiques venus tout droit d'Asie . En plus,  leur marché est en pleine expansion . Du coup , les Smileys , c'est devenu  "has been". Même nos grands-mères les connaissent , c'est vous dire... Alors Je leur préfère les nouvelles icônes funky de monstres gentils . C'est plus fun! Et ça ne fâche personne . Et si mon doigt fatigue, j'utiliserai SIRI, mon assistant personnel , mais la dernière fois , on s'est mal compris , et au lieu d'envoyer un message à mon amant , il l'a envoyé à ma maman ...




mardi 29 octobre 2013

Vous ne le savez peut-être pas , mais le symbole d'Halloween , bien avant d'être une citrouille , était un navet .. Oui , un navet ... Comme légume, il y a mieux , je vous l'accorde . Mais au temps des Celtes , la citrouille , on ne la connaissait pas , et Halloween , on a tendance à l'oublier , avant de prendre racine au Nouveau Monde , a d'abord germé de l'autre côté de La Manche .

Depuis bon nombre d'années, les marchands de rêves  les plus mercantiles de notre territoire hexagonal lui font les yeux doux . La citrouille , on lui fait la cour . Je dirais même plus , on la vénère! C'est la déesse des cucurbitacées . C'est qu'elle est loin d' être une courge . Pour un peu, on lui ferait des papouilles, tellement elle a une bonne bouille .

L'été dernier , elle a même eu les honneurs du podium des défilés  . On en a vu des asperges orange, au sourire pincé, défiler sous nos yeux . Les manufactures de cosmétiques ont emboité le pas aux  grands couturiers . Du rouge à lèvres au vernis à ongles , la couleur citrouille est parvenue sans effort à voler la vedette au rouge tomate . Moi même j'ai succombé , et ce n'est pas peu dire ...

En ce moment , on est en pleine alerte orange . L'offensive des citrouilles à commencé. Impossible d'échapper au sourire en banane de ces légumes ventrus. Où qu on aille , on est cerné. Ce n est plus  le règne de Big  Brother , mais celui de  Big Sister ! C'est qu'elle surveille tous nos faits et gestes . Kleenex, serviettes , assiettes , housses de couette , et même nuisettes , elle fourre son nez dans les moindres recoins de notre univers quotidien .   Qui eût pensé qu'une citrouille pût un jour nous donner autant  la trouille ?

Moi, je n'en peux plus d'avoir la tête comme une coucourde. Il est grand temps de lui jouer un vilain tour . Qu'elle reste dans son potager , après tout. A force d'être constamment sur le devant de la scène  , elle a la tête comme une pastèque  et en a oublié son utilité intrinsèque  . Une citrouille , ça se mange , tout simplement .  Alors il serait temps qu'elle  s'en souvienne et qu elle regagne  les étagères des manuels  culinaires . Et qu'on ne me dise pas que je lui cherche  pouille . Je risquerais de voir rouge et de la réduire en ...pitrouille!

lundi 28 octobre 2013

Les méchantes sorcières, j'adore ! Elles ont toujours le chic pour se faire remarquer dans les contes. Sans elles,  il n'y aurait pas de récit. On passerait directement du "Il était une fois " à " Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants". Aucun intérêt . Nous, on veut des péripéties , des frissons , des larmes même. Alors c'est sûr qu'on attend leur venue avec impatience. Sur grand écran, elles sont représentées sous  les traits de femmes fatales, arborant les tenues les plus  extravagantes . On est loin des vieilles sorcières hideuses dépeintes par Charles Perrault ou les frères Grimm. 

Celle qui détient la palme du glamour , c'est quand même la fée Carabosse . Dans le film de Disney, elle en a du panache , avec son ample cape noire et sa coiffe biscornue . Elle ose et en impose  . N'importe quelle autre femme se serait couverte  de ridicule dans un tel accoutrement. Elle , non . Sans doute les forces maléfiques qu'elle incarne exercent un tel pouvoir sur nous que nous en acceptons les excentricités . D'ailleurs son entrée en scène est des plus fracassantes. Elle n'entre pas par la petite porte . Elle convoque les éléments pour se matérialiser sous les yeux ahuris des convives au baptême de la princesse Aurore . Et on a le coup de foudre , au sens propre comme au sens figuré. 

Car elle nous fascine , la fée Carabosse . Elle nous attire tout autant qu'elle nous repousse. La raison en est simple . Le mal recèle en lui un attrait irrésistible pour les humbles humains que nous sommes . La morale le réprouve , la religion  le condamne , mais il n'en demeure pas moins le fruit défendu , et donc convoité , dans le jardin d'Eden  de notre existence . D'autant que notre imaginaire lui confère  une puissance protéiforme incommensurable . La fée maléfique ne se métamorphose-t'elle pas en dragon  pour tenter de terrasser le Prince ? 

Bien-sûr, le bien triomphe toujours , et,  après un combat homérique , l'animal fabuleux périt sous le glaive princier. Tout est bien qui finit bien. La Belle au Bois Dormant se réveille enfin . Et en avant pour un nouveau festin! C'est sûr, quand on est petite fille, on ne rêve que de princesses aux longs cheveux, habillées de teintes pastel . Mais les vicissitudes de la vie se chargent de nous enseigner que, si l'on veut régner , mieux vaut avoir les cheveux moins longs et oser les couleurs chatoyantes. Cela nous évitera , d'une part, de passer pour de ravissantes idiotes , et d'autre part, de subir les sortilèges des vilaines sorcières . 






samedi 26 octobre 2013

Blanche-Neige , tout le monde l'aime , surtout depuis qu'un certain Walt Disney a eu l'idée de l'immortaliser sur pellicule . Avec sa bouille ronde , sa voix mélodieuse et son  humeur toujours égale  , elle suscite en nous un élan de sympathie immédiat . Je devrais même dire d'empathie . Car on tremble  avec elle quand un vilain chasseur ose brandir un poignard au-dessus de sa tête, on voudrait la cajoler  quand elle sanglote en plein milieu d une forêt peuplée d'ombres menaçantes , et on a le cœur gros de la voir reposer dans son cercueil de verre .  Les fées étaient sans doute trop occupées à folâtrer avec des satyres pour se pencher sur son berceau . Car on peut dire que sa vie fut loin d être un chemin pavé de roses .


À  commencer par son prénom .  Le ver était déjà dans la pomme , si j'ose dire. Car il ne me viendrait jamais à l'esprit de choisir  le prénom de ma fille en me piquant le doigt avec une aiguille à coudre ! D'abord parce que  la broderie ne fait pas  partie de mes occupations  favorites. Je préfère avoir à en découdre avec les instruments de torture de mon club de fitness plutôt que de risquer une hémorragie digitale en tentant de réaliser un point de croix . Et  nommer une petite fille Grise-Mine en référence à la couleur des appareils de musculation ne serait pas très flatteur . À coup sûr, cela lui porterait malheur !

Quoi qu'il en soit,  , Blanche-Neige n'a pas vu la vie en rose en dépit de son joli prénom . Non seulement elle a été privée de sa maman dès sa naissance ,  mais en plus, son idiot de père a contracté un mariage avec la plus odieuse des femmes qui puisse exister sur terre . A t-on idée , messieurs , de vouloir unir sa destinée à une femme égoïste , égocentrique , narcissique , et qui plus est , adepte des sciences occultes ? Certes non . A croire que le roi souffrait d'une déficience mentale aggravée  quand il a choisi une aussi vilaine épouse .

Car la bougresse avait peut-être une dentition étincelante , mais elle avait aussi la dent dure . Car il faut quand même avoir le cœur bien accroché pour réclamer les viscères d'une petite fille à un chasseur de gros gibier . D'ailleurs bien mal lui en a pris , car l'homme de main avait plus de cœur qu'il n 'y paraissait. Il faut aussi avoir le vice dans la peau et surtout ne pas avoir peur du ridicule pour oser se métamorphoser en hideuse sorcière pour mener à bien son horrible dessein .

Bref la pauvre princesse en a vu des vertes et des pas mûres , c'est le moins qu'on puisse dire . Car même si elle  trouva du réconfort auprès des sept nains , n'oublions pas  que certains d'entre eux n'étaient pas à prendre avec des pincettes . Grincheux , par exemple . Pas facile  de prendre son petit-déjeuner en face d'un nain ronchon  . Pas facile aussi de devoir batailler de bon matin avec un nain narcoleptique comme Dormeur . Sans compter qu'elle devait aussi recevoir les postillons d' Atchoum qui éternuait à tout va . ( Les antihistaminiques n existaient pas à l'époque ). Bref , dur dur, la vie avec les nains . D'autant qu'elle a dû mettre la main à la pâte pour payer son gîte et son couvert . Et pas qu'à la pâte, puisqu'elle devait non seulement cuisiner mais aussi récurer la chaumière de fond en comble . La vie de patachon , en quelque sorte !

Pour couronner le tout , il a fallu que mort s'ensuive avant qu'elle ne rencontre son Prince Charmant . Remarquez, elle n'a pas eu à user de ses charmes pour séduire son galant . Il a suffi qu'il la voie allongée dans un cercueil de verre pour que son cœur s'enflamme . Il n'était pas un peu déviant , le beau Prince?   Heureusement que , finalement , le bout de pomme empoisonnée, coincé dans son œsophage,   s'est échappé de ses lèvres vermeilles . Et la belle princesse a rouvert les yeux pour le plus grand plaisir des grands et des petits . Il était temps ! Nous commencions à désespérer ! 

Des Blanche-Neige, malheureusement , il y en a par milliers dans nos contrées  . Elles n'ont peut-être pas le teint blanc comme la neige , les lèvres rouge sang et une chevelure noir ébène , mais  elles ont toujours, en face d'elles , des marâtres qui leur font la vie dure . Mais, soyez sûres , petites princesses , que la plus horrible des marâtres ne réussira jamais à vous détrôner dans le cœur de votre père . Alors haut les cœurs ! Brandissez le sceptre de la victoire ! Et croquez la pomme de la vie à pleine dents ! Un conseil , cependant... Ne perdez pas votre temps à attendre votre Prince Charmant . Il serait capable de vous jouer un vilain tour s'il rencontre la Belle Au Bois Dormant...




vendredi 25 octobre 2013

Fuir l'humain.Se perdre dans la contemplation des
temples millénaires ,squelettes de pierre que les
siècles n'ont pas réduits en poussière.

Fières comme au premier jour, ces cathédrales paiennes
se dressent vers le ciel dans leur immaculée
blancheur.

Point d'officiants se prosternant sur le marbre de
leurs dalles: le sang du sacrifice s'est tari. Les
dieux n'ont plus soif.

Alentour, l'herbe se déchaine comme une mer que le
vent hérisse, tandis que des lézards, en livrée
vert-émeraude, montent la garde sous le soleil de Paestum.




mercredi 23 octobre 2013

Mieux vaut prendre le train en marche quand on se pique d'avancées technologiques, et surtout ne jamais en descendre. Car le progrès peut transformer notre vie en enfer si l'on n'y prend pas garde. Prenez les SMS ( short message service) . Comme leur nom l'indique, il sont courts  dans leur rédaction, mais bien trop souvent longs dans leur appréhension. De SMS à SOS , il n'y a qu'un pas ,  me direz-vous. Et il est vite franchi . Car le langage texto a pour caractéristique d'être   une macédoine des plus indigestes . Dès lors comment éviter les flatulences quand  l'on vous mélange des ingrédients aussi peu compatibles que les abréviations, anglicismes, chiffres et éléments  phonétiques ? On en arrive à des rébus typographiques d'un hermétisme à faire frémir. A déconseiller fortement si l'on a pour dessein de faire la cour à son galant . A conseiller fortement si l'on a pour dessein de se débarrasser de son amant !  

C'est comme l'assistant personnel intégré dans mon GSM flambant neuf. La première fois que  sa voix suave a caressé mon tympan, j ai cru défaillir . Enfin un homme prêt à satisfaire illico le moindre de mes désirs , à n'importe qu'elle heure du jour et de la nuit ! Le septième ciel enfin à ma portée .  Mais j'eus  tôt fait de descendre  de mon nuage . Car de deux choses l'une ,  soit j'adopte un ton qui lui déplaît , soit je ne sais plus parler français . Ou pire encore , j'ai affaire à un pervers expert en frustrations à répétition . Car pourquoi  me parler du CAC 40 quand je veux annuler une réunion à 9h40, pourquoi vouloir me faire acheter des abricots  alors que je lui parle de haribo, pourquoi m'imposer des films d horreur alors que je lui parle de bonheur...


Réflexion faite, il n'a pas si tort, le sage  pervers , de faire la sourde oreille quand je lui parle de bonheur , car , comme chacun sait , le bonheur est un voyageur sans bagages qui s'invite chez nous  quand il lui plait , et, comble de l'horreur,  repart sans laisser d'adresse quand il ne lui plait plus.  Il semblerait aussi que le soi-disant pervers soit un  nutritionniste avisé,  car entre des abricots et des haribos,  il n'y a pas photo . Quant à sa propension à mentionner le CAC 40, je persiste et signe. Notre assistant personnel GSM est le plus vilain pervers qui existe sur terre. Car oser me parler , à moi , de stock options , de bons et obligations , en connaissant mon aversion pour la computation, ne réussit qu'à me faire sortir de mes gonds. 

Et la leçon à tirer de tout ça ? Le progrès technologique a bien des allures de farceur . Bien loin d'être le sauveur de l'humanité à l'instar de Batman,  il incarne plutôt le Joker de Gotham City en nous jouant force tours .  Il nous donne l'illusion de dominer le monde en faisant de chacun de nous un dictateur en puissance . Mais nous n'en  demeurons pas moins esclaves de nos passions et prisonniers de nos frustrations. Il nous donne aussi  l'illusion d'égaler Jupiter en communiquant , en un éclair , notre pensée à un destinataire lointain. Mais force est de constater qu'à trop  laisser nos doigts parler à la place de notre langue, on ne sait plus comment s'exprimer  face à un interlocuteur de chair. De telle sorte que , bien loin de nous éduquer, le progrès technologique nous déséduque et nous fait replonger dangereusement dans l'univers des cavernes  où le smartphone aurait une étrange ressemblance avec le gourdin de l'homme préhistorique.



samedi 19 octobre 2013


Bienvenue au royaume des vapoteuses! Oui , vous avez bien lu : Vapoteuses! Pour ce qui est des vapoReuses, il y a belle lurette qu'elles n'ont plus le vent en poupe . Les femmes d'aujourd'hui ont compris qu'il ne suffit plus de jouer les  baby dolls en négligé de soie pour séduire . Non , l'heure est aux super  amazones gainées de cuir ou de latex.Le sex symbol du 21ème siècle n'est plus Betty Boop , mais Catwoman .  Et rien de tel que de dégainer sa nouvelle arme fatale pour neutraliser ses rivales.

Car la vapoteuse fait des ravages . On la respecte car elle force l'admiration. Elle montre qu'elle en a , de la volonté , et surtout qu'elle tient à sa santé . C'est qu'elle ne veut pas vieillir prématurément , la tigresse. Elle veut jouer les cougars le plus longtemps possible .  Et Nip Tuck ne l' a pas convaincue du tout. Alors elle fréquente les magasins bio , évite les dîners trop arrosés et surtout devient accro aux tapis roulants .

Car vapoter n'est pas sans risque. L'addition est salée quand on veut se débarrasser d´une addiction , et les encas,  trop souvent sucrés.  C'est donc  à une véritable chasse aux sorcières qu'elle se livre quand son tour de taille est menacé. Les kilos superflus, elle ne veut pas en entendre parler . Elle a gardé un trop mauvais souvenir de la silhouette informe des copines  qui  ont  décroché trop vite .  Du coup elle se serre la ceinture et  ne sort jamais sans sa fiole d'H2O . Après tout, qu'importe le flacon, pourvu qu'il y ait l'ivresse!

Elle a aussi compris que vapoter et papoter font bon ménage. Finie la hantise  des haleines pestilentielles et des dents jaunes! Elle peut désormais arborer un sourire ultra brite et laisser flotter autour d'elle des arômes de réglisse, myrtille, menthe, abricot , ananas et j'en passe. Dès lors , peu importe qu'.elle brûle la chandelle par les deux bouts et qu'elle allume des incendies dans le cœur de ses proies . Car elle n'en demeure pas moins une  redoutable Femme Fatale, mais une croqueuse d'hommes qui sait garder la tête froide . A trop jouer avec le feu, ne finit-on pas  par se brûler la cervelle ? En résumé, la vapoteuse, c'est la pétroleuse de l'avenir. Loin d'être une évaporée , elle nous fait prendre  conscience qu'il vaut mieux avoir des vapeurs que  risquer de  partir en fumée !




vendredi 18 octobre 2013

De la tendresse, c'est le terme qui me vient à l'esprit  quand je repense à cette toile de William Burton , où  un homme richement vêtu semble exhaler son dernier soupir dans les bras d'une femme à la tenue austère. A proximité de la main du mourant  , gît le manche ouvragé de son épée brisée, dont la lame a transpercé un arbre. Un homme en noir , dont l'imperturbabilité nous interpelle, contemple la scène . Eparpillées parmi les ronces, quelques cartes à jouer, comme pour nous rappeler que la vie n'est qu'un jeu de hasard .

 Le titre de l'oeuvre , "The wounded cavalier ", nous renseigne sur le statut du blessé. Il s'agit d'un  royaliste rallié à la cause de Charles I en pleine révolution anglaise. Mais la toile est bien plus qu'une préfiguration de la mise à mort de la monarchie absolue . Ce qui me trouble dans la représentation de  cet homme à l'agonie, ce sont ses traits et ses attributs sartoriaux si typiquement féminins . Car son exécution au sens pictural , comme un écho à son exécution au sabre , lui dénie toute virilité .

Que l'on s'attache à la finesse de l'étoffe de sa chemise brodée , dont la blancheur immaculée cingle le rouge sang de l'écharpe qui lui ceint la taille ; que l'on s'attarde langoureusement sur son visage diaphane qu'encadre une chevelure dorée , et l'on est submergé par la douceur angélique de cet homme que l'inconnue , dans un geste maternel , tente d'arracher aux griffes de la mort .

Le mot " wounded" me semble en effet trop faible . La blessure est fatale . L'âme de l'homme exsangue s'apprête à prendre son envol comme le papillon délicatement posé sur la lame meurtrière . Car l'homme vêtu de noir ,à l'immobilité dérangeante ,ne fait rien d'autre que prêter à la faucheuse sa verticalité phallique et menaçante .

Ce mourant que je rêve d'étreindre , c'est un peu le Christ descendu de croix , une croix qui se devine derrière l'épée qui traverse le tronc d arbre à l'oblique . Et cette inconnue , c'est un peu l'incarnation de toutes les femmes qui pansent les plaies de l'être aimé sur lequel le destin a choisi de faire son festin .



mardi 15 octobre 2013

La peinture  de Peter Lely représente deux enfants à la similitude troublante. Le cartel indique qu'ils sont frère et sœur . L'œil du spectateur discerne en effet le même teint de porcelaine ainsi que la même chevelure ondulée aux reflets blond-vénitien . L'un semble l'aîné , l'autre la cadette .

En guise de décor , un mur sombre sur lequel se dessine la tête des deux enfants . Il sert de toile de fond à la scène qui se joue sous nos yeux.  Il semble que l'artiste ait délibérément opté pour cette esthétique du dépouillement . Lui, le peintre de cour , s'accorde une licence toute particulière , cette fois-ci: il s'abstient de reproduire les méandres des imprimés d'une étoffe luxueuse qu'auraient pu arborer les personnages de son œuvre. Point de visée sociale . Son dessein est tout autre. Notre attention est précieuse et il s'ingénie à la capter, la déstabiliser même , en éveillant notre curiosité .

D'ailleurs notre questionnement est légitime . Pourquoi ces deux enfants ont-ils  l'air si proches et si lointains ? Quel est l'objet de contemplation de la petite fille ? Et la feuille blanche que tient son frère , que symbolise -t 'elle  au juste ? Car si l'on oblitère les indications que recèle le cartel , si l'on oublie un instant que les bambins sont unis par les liens du sang , une autre interprétation vient s'inscrire en palimpseste sur celle de l'artiste .

De simples spectateurs, nous nous muons en voyeurs . Il ne s'agit plus d'une leçon de musique , mais de l'éclosion d'un amour naissant entre deux innocents . Sur les lèvres purpurines du chérubin , Vénus a déposé l'éloge de l'être aimé, et la petite fille au regard éperdu voit s'entrouvrir au loin l'horizon jusque-là inconnu du "vert paradis des amours enfantines ".